Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Planète SF - Page 15

  • La nuit des enfants rois, de Bernard Lenteric

    nuit enfants rois.gifAlors qu'une adaptation cinématographique sortira bientôt sur nos écrans sous la forme animée, la mémoire me revient. Bien, sûr, je l'ai lu, il y a longtemps. La nuit des enfants rois m'avait profondément impressionnée.

    L'histoire :  

    A une époque où l'informatique en est à ses balbutiements, Jimbo, un surdoué qui travaille pour une entreprise d'informatique, détecte les enfants précoces grâce à un programme élaboré sur demande de ses patrons. Son travaille ne le passionne guère jusqu'à ce qu'il tombe sept enfants qui sortent très nettement du lot.

    Soupçonnant leur isolement psychologique, il va les voir les uns après les autres pour leur transmettre le message suivant : "tu n'es pas seul" et les faire patienter... Car les employeurs de Jimbo ont l'intention de réunir les surdoués détectés durant le programme quelques années plus tard, à l'adolescence, pour leur proposer des bourses d'étude.

    Alors que la réunion attendue a enfin lieu, les sept prodiges se reconnaissent et se rejoignent. A peine réunis, ils sont victimes d'une violente agression sexuelle, qui provoque chez eux une spirale de démence meurtrière, aux fins de vengeance. Une folie d'autant plus dangereuse qu'ils sont extraordinairement intelligents... Jimbo tente désespérément de les protéger, à la fois des autres et d'eux-même.

    Mon avis :

     La nuit des enfants rois est un roman court, qui se lit à une vitesse ahurissante. Entendez par là que lorsque c'est fini, on en voudrait encore. Le récit est tellement dense qu'on croirait lire une nouvelle. Je l'ai lu jeune, j'étais impressionnable, et comme dit plus haut, j'ai été impressionnée. Avec une relecture plus récente, l'impression de force demeure. L'intrigue est assez simple, mais elle est puissante. En revanche, le roman manque un peu de développement ; il aurait mérité un traitement plus poussé dans la psychologie de chacun des personnages pour être réellement réussi.

    Pour autant, il reste pour moi un roman à lire, quel que soit son âge ou ses goûts littéraires.


    Lu aussi par : personne... Non, je suis peut-être aveugle, mais je n'ai trouvé personne qui l'ait critiqué. Vous pouvez m'insulter si je vous ai zappé, mais surtout, donnez le lien vers votre billet (comme dirait Arutha).

    Edition 1 - Olivier Orban, 1992, 1997 ; Le livre de poche, 1982

  • Le vieil homme et la guerre, de John Scalzi

    Le-vieil-homme-et-la-guerre.jpgMoi aussi. Oui, moi aussi, attirée par les sirènes des critiques, une belle jaquette (ne sous-estimons pas le pouvoir de la jaquette) et l'élégance d'un titre pastiché, je l'ai lu.

    Et bien m'en a pris.

    Ce roman se lit vite, et pourtant on s'attache à ses personnages immédiatement. Pas de fioritures stylistiques, ici, quelques facilités de narration, sans aucun doute, mais chaque mot porte son poids de sens, de sentiments, d'expérience. Le thème de la vieillesse, de sa prégnance physique comme psychologique, est peu abordé en SF (ou alors, je suis d'une inculture crasse, ce qui n'est pas à exclure). Et c'est ce fil rouge qui m'a tenue tout au long du récit.

    Le vieil homme et la guerre, c'est donc l'histoire d'un homme en fin de vie et qui, le jour de ses soixante-quinze ans, après être allé sur la tombe de sa femme, décide... de s'engager. Il signe pour intégrer les Forces de Défense Coloniale, l'armée qui défend la civilisation humaine dans la galaxie. Une galaxie dont les terriens ne savent rien, laissés volontairement dans l'ignorance par le gouvernement colonial. John Perry n'a plus rien à perdre, il est attiré par la possibilité de rajeunir, il n'en sait pas plus. Alors, il part sans se retourner, en sachant qu'il ne pourra jamais revenir vers les siens.

    Il redécouvre la jeunesse, lui qui était vieux. Il découvre la guerre, lui qui était écrivain.

    Retrouver un corps en meilleure forme qu'à ses vingts ans, c'est ultra cool. Que ce corps serve à dézinguer de façon systématique des aliens qui veulent les mêmes terres que nous, ça l'est moins. Voire beaucoup moins, lorsque toute sa vie on a vécu en paix, habitué à négocier avant de tirer, comme tout être civilisé qui se respecte.

    C'est bien là tout l'intérêt de ce roman : savoir ce qui se passe dans la tête de ce vieil homme à qui on donne une deuxième vie, mais quelle vie... Une vie où toutes ses anciennes valeurs volent en éclat, pour le bénéfice d'une communauté humaine dont il découvre à peine l'étendue et la complexité, malgré son grand âge.

    Et une vie où, toujours, la précédente se rappelle à soi, avec ses regrets et ses amours perdues, une blessure de l'âme qui jamais ne guérit.

     

    Lu aussi par : BiblioMan(u), Val, Spocky, Gromovar, Lelf, Munin

    L'Atalante, 2007

    Genre : science-fiction, space opera

  • Le Déchronologue, de Stéphane Beauverger

    Déroutant. Surprenant. Turbulent. Dérangeant.

    Le Déchronologue, de Stéphane Beauverger, est tout cela à la fois.

     

    Rédigé dans un langage travaillé, qui reprend les élégantes tournures du 17e siècle juxtaposées à de véritables morceaux de bravoure en argot de la flibuste, le roman déroule au petit bonheur la vie et les réflexions d'Henri Villon, capitaine de vaisseau dans les Caraïbes. "Au petit bonheur", parce que le récit se découpe en chapitres distribué en dépit du sens commun, ne respectant en rien la chronologie des faits. Naturellement, au vu du titre, on se dit qu'il y a baleine sous gravier. Et on fait bien.

    dechronologue.gif

    Henri Villon, apprend-on vite, préside aux destinées du Toujours Debout - à moins que ce ne soit le Chronos. Ou encore le Déchronologue. Bref, il est capitaine de navire, libre marchand, pirate, flibustier à ses heures. De chapitre en chapitre, il nous raconte sa vie de marin expérimenté et de français  huguenot dans une zone largement dominée par les espagnols, indécrottables papistes et définitivement impérialistes.

    Les Caraïbes du 17e siècle prennent littéralement vie sous nos yeux, avec son climat étouffant, ses rixes de taverne, ses comptoirs plus ou moins légaux disséminés dans une multitude d'îles, et son tafia, qui coule à flots quasi ininterrompus dans le gosier des marins - et  dans celui du capitaine Villon en particulier. Mais ce monde est bouleversé par des incohérences temporelles qui le rendent parfois illisible, incompréhensible. Les fans de Johnny Depp en capitaine Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes (un rôle absolument sur mesure pour lui, soit dit en passant) risquent de ne pas y retrouver leurs petits.

     jack-sparrow.jpg

    Le récit étant totalement déconstruit, il est assez difficile d'en raconter la trame sans en révéler les parties clés. Disons que Henri Villon, lorsqu'il est aux commandes du Déchronologue, détient une force de frappe inédite, faite de minutes et de secondes. Et que, grâce à celle-ci, il contient des flottes venues d'un autre temps. Pourquoi, comment, pour qui ? Ces réponses sont distillées tout au long d'une histoire qui semble n'avoir ni queue ni tête. Et pourtant, à la fin, on comprend. Et on n'a qu'une envie, c'est de le relire dans l'ordre. Mais quel ordre ? Car finalement, la trame du temps n'a plus aucun sens.

    Le Déchronologue n'est peut-être pas suffisamment prenant pour être lu par un très grand nombre, étant donné son originalité, mais il s'agit là d'une vraie curiosité dans l'univers littéraire.


    A lire aussi chez : Efelle

    Ed. La Volte , 2009

    Genre : uchronie, science-fiction, aventure

  • Le seigneur de l'arc d'argent (Troie, tome 1) de David Gemmell

    Voilà ce que j'appelle une bonne surprise. Troie, de David Gemmell, est un roman uchronique qui relate des évènements se déroulant dans le monde méditerranéen grec ancien. Rien de très surprenant là dedans, me direz-vous, étant donné le titre.

    Sauf que ma précédente expérience Gemmellienne s'était soldée par une déception. J'avais lu l'histoire d'Alexandre revue et corrigée par le même auteur, Le lion de Macédoine. Histoire qui m'a été, au mieux, indifférente, au pire, insupportable, avec des ficelles grosses comme des câbles de navire et une indigence tant au niveau des dialogues que des personnages - ou de l'intrigue.

     

     

    David Gemmel TROIE.jpg

     

    Bref, je commençai Troie à reculons. Mais au fur et à mesure que se déroulait l'histoire d'Hélicon, le héros, je prenais plaisir à la lecture. J'ai lu le premier tome, pour un cycle qui en compte trois.

    Hélicon est prince de Dardanie, marchand sillonnant la méditerranée, ami d'Ulysse, épris de justice et traumatisé par une enfance difficile. Il est ami avec Hector de Troie, un des grands noms de son époque. Troie raconte, en tout cas ce premier opus, comment le chemin d'Hélicon croise celui d'Andromaque, prêtresse promise à Hector, et d'Argurios, un guerrier mycénien de légende, fidèle à Agamemnon, grand ennemi d'Hélicon. Bien évidemment, Hélicon tombe amoureux d'Andromaque, qui doit épouser son meilleur ami (la ficelle est un peu grosse, mais enfin...). Ils se retrouvent à Troie, la ville qui attire les convoitises politiques et économiques de tous ses voisins, grecs comme perses, et dont les dissenssions internes menacent l'avenir. Il faut dire que le roi Priam n'a rien d'un enfant de choeur, et que le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas très aimé.

    Grâce à ce premier tome, nous découvrons donc progressivement la grande fresque de l'histoire de Troie, revue et corrigée par David Gemmell. Bien que ce roman utilise toutes les ficelles classiques du genre romanesque, on prend un certain plaisir à le lire. Rien de nouveau, ni de particulièrement décoiffant, mais les personnages sont bien campés. Il faut dire qu'ils ne ressemblent en rien à ce que l'Iliade et l'Odyssée nous en disaient. Le personnage d'Ulysse y est particulièrement savoureux. Un bon roman de détente.

     


    Genre : uchronie, historique

    Cycle Troie :

    1. Le Seigneur de l’arc d’argent, éd. Bragelonne, 2008
    2. Le Bouclier du tonnerre, éd. Bragelonne, 2008
    3. La Chute des rois, éd. Bragelonne, 2009

     

  • L'heure du loup, de Robert McCammon (le retour)

    Un observateur attentif de ce blog remarquera que l'ouvrage susmentionné a déjà fait l'objet d'un billet ici même. Il s'agissait du tout premier billet posté, ce qui en dit long sur l'importance que j'accorde à l'ouvrage.

    Cela me donne au passage l'occasion de signaler les deuxième anniversaire de ce blog, qui a survécu tant bien que mal aux aléas quotidiens, et qui a même vu augmenter le nombre de ses lecteurs dans les derniers mois malgré la diminution de la fréquence des billets. Donc, grand merci à vous !

    Revenons à nos moutons (vu le sujet, ils ne vont pas faire long-feu, les moutons !).  

    L'heure du loup, c'est un roman de Robert McCammon sorti en 1989 aux Etats-Unis et 1990 en France. Il a été édité aux Presses de la Cité, deux fois chez Pocket, et plus récemment chez Milady.

    Un roman qui a vingt ans, ça n'intéresse personne. Sauf que, puisque Milady l'a réédité, cela signifie qu'il rencontre un public.  Et je persiste à le clamer haut et fort (ah, ah !), c'est un très bon roman de divertissement, qui n'a pas (encore) atteint le niveau de succès qu'il mérite.

    Heure du loup1.jpg     

    Les premières pages ouvrent le grand livre de la seconde guerre mondiale, en pleine campagne nord-africaine. Le QG de Rommel est attaqué par un gros loup noir, qui vole un attaché-case en arrachant la main de son porteur. Il repart ventre à terre, évitant les mines, en direction des forces alliées.

    Heure du loup2.jpg

    Puis, les chapitres défilant, nous faisons connaissance avec Michael Gallatin, agent secret de Sa Majesté, un homme solitaire, intelligent et violent. Le récit de ses missions pour le compte des alliés est parsemé d'évocations d'une vie antérieure, celle de Mikhaïl Gallatinov, enfant russe héritier d'une famille d'aristocrates pourchassée par la révolution rouge. Et alors que les "talents particuliers" de Michaël font merveille dans la lutte souterraine contre l'Axe, nous déroulons le fil de son histoire. L'histoire de Mikhaïl, petit garçon de 10 ans abandonné par le destin aux soins improbables d'un clan maudit de Dieu, une meute de loup-garous.

    Heure du loup3.jpg

    Les deux récits, sans jamais se croiser, nous plongent dans la conscience de l'homme-loup, qui ignore ce qu'il est au regard de Dieu et qui interroge sans relâche son époque et ses semblables (?) à la recherche d'une impossible réponse.

    Ce roman d'espionnage fantastique appartient sans doute aucun à la famille des romans populaires, par son scénario à rebondissement et le caractère indiscutablement héroïque de son personnage central. Mais il frappe  par sa puissance d'évocation de la forêt russe et de la sauvagerie du loup. Il nourrit le lecteur du cheminement spirituel et initiatique de Michael Gallatin, une introspection qui détonne et offre une bonne surprise dans un ouvrage de genre.

    L'heure du loup a reçu le Grand Prix de l'Imaginaire en 1992. Malgré son âge, il renouvelle l'image du loup-garou, pourtant très en vogue depuis l'apparition du phénomène bit-lit (qui associe aux vampires leurs ennemis séculaires, les loup-garous - pour les distraits qui seraient passé à côté...). Une lecture que je recommande donc chaudement et que j'aimerais voir critiquée plus souvent.

     

    Editions : Presses de la Cité 1990, Pocket 1992 et 2000, Milady 2008.

    Genre : espionnage, aventure, thriller, fantastique, historique

     

  • Corpus delicti : un procès, de Juli Zeh

    Résumé de l'éditeur : "Nous sommes en 2057 et tout est propre. Pour le bien et la santé de tous, l'Etat a instauré La Méthode, qui exige de la population qu'elle se conforme à toute une série de règles préventives en vue de l'intérêt général. Mia Holl, une jeune biologiste, ne fait soudain plus de sport et omet d'informer les autorités sur ce qu'elle consomme. On la convoque au tribunal afin qu'elle se justifie."

    Corpus-delicti.jpg

    Moritz, le frère de Mia, s'est suicidé en prison, pour  un crime dont il s'est toujours défendu. Depuis Mia déprime, perd pied et se néglige, encourant ainsi les foudres de La Méthode. Elle discute philosophie avec la Fiancée Idéale, un assemblage imaginaire de tuyaux métalliques, ne fait plus de sport et omet de transmettre ses analyses médicales. Elle se met ainsi à dos la justice de son pays, ainsi que le "journaliste" Heinrich Kamer, héraut de La Méthode auprès du public. Mia résiste et se rebelle face aux pressions exercées sur elle. Et plus elle résiste, plus elle s'enfonce. Inexorablement.

    Le lecteur découvre à travers les divagations de Mia un monde qui a renié la démocratie au profit de la santé publique, où la prophylaxie fait office de liberté individuelle. Un monde pas si loin de nous - comme le doit toute bonne anticipation.

    Pour être franche, j'ai failli lâcher ce roman au moins quatre fois, car il est terriblement bavard, un bavardage qui se veut philosophique. Il n'est pourtant pas besoin d'en rajouter : l'univers décrit donne largement assez de grain à moudre au lecteur qui souhaite réfléchir à son avenir. De plus, le découpage en chapitres très court ne donne pas de rythme au récit, contrairement à ce qu'annonce la quatrième de couverture. Il le rend plus nébuleux que nerveux.

    Malgré tout, je suis allée au bout. D'abord parce qu'il est court (235 pages), et parce que l'univers créé par Juli Zeh est extrêmement pertinent. Par petites touches, il prend vie sous nos yeux, comme un cauchemar qui n'en finit pas de se développer -  et dont on se se réveille pas.

    Si cette lecture m'a laissé un sentiment mitigé, avec un fond très pertinent et une forme ennuyeuse et redondante, je recommande néanmoins sa lecture aux amateurs d'anticipation.

  • La disparue de l'enfer et Les cendres de la victoire (Honor Harrington, tomes 8 et 9) de David Weber

    La série Honor Harrington est inconnue du grand public et très connue des amateurs de space opera. Dans un cas comme dans l'autre, c'est normal : les amateurs s'y retrouvent, car toutes les règles du genre y sont respectées, utilisées et remaniées avec une belle dose de virtuosité. Les autres ignorent jusqu'à son existence, parce que le space opera n'est pas en odeur de sainteté dans les milieux littéraires.


    disparue enfer 1.gif

    Je viens de lire en peu de temps La disparue de l'enfer et Les cendres de la victoire, soit les tomes 8 et 9 de la série. Autant vous dire que j'étais motivée, car David Weber est coutumier des pavés emplis de descriptions techniques et d'analyses géopolitiques. Mais lorsqu'il s'agit de la femme au chat, je suis toujours motivée.
    Une contrariété fugace mais réelle a quelque peu gâché cette lecture : en effet, j'ai dû lire le tome 9 à la suite immédiate du tome 8. C'est fort dommage... et inhabituel dans cette série, qui s'honore (hi ! hi !) d'une relative indépendance d'un tome à l'autre. Bien qu'il soit énergiquement recommandé de les lire dans l'ordre, on peut habituellement attendre sans impatience le tome suivant.
    Bref, là, ce n'est pas le cas, et c'est pourquoi mon post concerne les deux tomes à la fois. Mais je ne spoilerai pas, rassurez-vous ; je ne suis pas Odieux Connard.

    disparue enfer 2.gif


    Pour comprendre le début, il faut savoir que Honor a été capturée par l'ennemi dans le tome précédent, intitulé fort à propos Aux mains de l'ennemi. La disparue de l'enfer s'ouvre sur un prologue d'une grande intensité dramatique, où les proches d'Honor découvrent son exécution en direct à la télévision - enfin, en direct ne signifie pas en simultané : nous parlons d'un univers s'étendant sur plusieurs millions d'années-lumière, et la transmission des informations y est tout de même assez lente. Bref, Honor meurt pendue sous les yeux effarés de ses parents, son majordome, sa femme de chambre, sa reine et son amiral (en gros). Une très belle scène.
    Sauf que tout le monde se doute, à l'exception notable des personnages suscités, que cette exécution a quelque chose de louche (et c'est un euphémisme), vu que sinon, il n'y aurait pas autant de pages après...

    cendres victoire 1.gif



    Une très longue introduction politique plus tard, nous finissons donc par découvrir - ô surprise ! - Honor (amputée du bras gauche et à moitié aveugle), Nimitz (son chat à 6 pattes empathe et boiteux) et leurs petits camarades en train de s'amuser en Enfer. Oui, oui, en Enfer : la planète-prison officiellement baptisée Hadès, qui appartient au Service de Sécurité de la République Populaire du Havre, soit l'ennemi mortel du Royaume de Manticore au service duquel Honor travaille depuis sa prime jeunesse (une bonne trentaine d'années, quand même). Si vous avez lu le tome précédent, vous savez pourquoi et comment ils se sont retrouvé dans cette situation.  Si non, allez vite lire le tome précédent. Et au trot !
    A partir de là, nous suivons donc simultanément les efforts d'Honor et de ses subordonnés pour sortir de l'Enfer - non seulement à peu près indemnes, mais si possible avec les honneurs -, ceux du Royaume stellaire pour maintenir ses positions en dépit des pressions anti-militaristes internes et enfin, ceux de la République du Havre pour tenter de mettre fin rapidement, et victorieusement de préférence, à cette guerre. Ces opérations sont politiquement et militairement extrêmement complexes, et l'auteur nous le fait savoir. Ca prend du temps, de faire tout ça, et on a tous les détails.

    Dans les quelques mille cinq cents pages que constituent ces deux tomes (soit 4 volumes), ces trois projets sont  donc menés à leur terme avec plus ou moins de bonheur. Non, je ne dirai pas pour qui ça finit mal. Disons qu'il y en a un ou deux qui se font empapaouter.

     

    cendres victoire 2.gif

     

    Ce qui est intéressant dans l'univers de Weber, c'est que autant les personnages militaires sont plutôt manichéens (le Bien, le Mal, l'Honneur, les Militaires Sont Bons et les Civils Sont Nuls), autant la sphère politique est décrite avec un réalisme tendant au cynisme. Le contraste est assez rafraichissant.
    Honor Harrington, assise entre les deux chaises, apprend et mûrit au contact des nécessités politiques plus encore qu'en situation de combat. Elle gagne en influence ce qu'elle perd en candeur, et même si sa fraîcheur faisait tout son charme dans les premiers tomes, on accepte sa défloration politique sans trop de tristesse.

    Il faut dire qu'elle reste une héroïne de guerre définitivement admirable... Et modeste, avec ça. Si. Et j'y crois dur comme fer. Non mais.

    Bref, ces deux tomes d'Honor Harrington m'ont prodigué un grand plaisir de lecture, et exposent comme toujours un univers qui m'impressionne par sa cohérence absolue. Chapeau bas à Monsieur Weber, qui doit passer ses jours et ses nuits à l'élaborer.

     

    Genre : space opera, militaire

    La disparue de l'enfer (en deux volumes), L'Atalante, 2005

    Les cendres de la victoire (en deux volumes) , L'Atalante, 2007