Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Planète SF

  • La main gauche de la nuit, d'Ursula Le Guin

    la-main-gauche-de-la-nuit-le-guin.pngCette année, je me suis décidée à lire des classiques de la SF que je ne connaissais pas encore.

    Et donc, La main gauche de la nuit, d'Ursula Le Guin.

    Il était temps, n'est-ce pas.

    Paru en 1969, ce roman a obtenu le Prix Nebula 1969 et le Prix Hugo 1970. C'est encore l'écoute du podcast C'est plus que de la SF qui m'a incitée à le lire (décidément...), bien que j'en aie déjà entendu parler auparavant.

     

    L'histoire :

    Genly Aï est un ambassadeur de l'Ekumen, une fédération de planète, envoyé sur Nivôse, ou Gethen, comme l'appellent les autochotones. Il a pour objectif de proposer aux peuples qui l'habitent d'adhérer à l'Ekumen. Une mission difficile, délicate, et surtout, au long cours. Lui même est terrien, et il a choisi cette voie en connaissance de cause. Le voyage pour arriver jusqu'à Gethen dure 17 ans, il sait donc que c'est la vocation d'une vie.

    Les peuples Géthéniens sont méfiants, la situation politique est instable entre les différents pays qui composent la planète et celle-ci possède un climat extrêmement rigoureux, où l'hiver, le froid et la neige règnent en maîtres.

    Par ailleurs, les géthéniens, bien qu'humains, ont développé une particularité génétique : ils sont asexués la plupart du temps, lorsqu'ils sont en état de soma, et connaissent une période d’activité sexuelle assez courte (le kemma) pendant laquelle ils développent tour à tour et indifféremment l'un ou l'autre caractère sexuel. Le narrateur, Genly Aï, est très déstabilisé par le fait de ne jamais savoir s'il s'adresse à un homme ou à une femme. En retour, ses interlocuteurs géthéniens sont repoussés par cet humain bloqué en état de "rut permanent".

     

    Mon avis :

    Étant donné les débats sociaux actuels, on voit bien l'intérêt de se pencher sur cette œuvre quinquagénaire, publiée en pleine période de bouillonnement intellectuel et de libération sexuelle. Elle permet d'éclairer notre société des années 2020 tout comme elle peut être éclairée par elle, à la lumière des évolutions des dernières années. Néanmoins, n'étant pas sociologue, je me garderai de toute généralité et m'en tiendrai à mon interprétation personnelle.

    Il est indéniable que cette société asexuée, qui voit d'un mauvais œil la présence d'un humain sexué en permanence est une révolution à l'époque où le roman a été écrit. Mais voilà, je le lis avec 50 ans de retard : il ne me paraît donc plus aussi révolutionnaire...

    C'est en tout cas un exercice très intéressant, qui permet à l'autrice d'exprimer certaines de ses compétences en ethnologie (qu'elle a étudiée à l'université), en sociologie et en anthropologie. Elle nous donne l'occasion de voir ce monde par différents yeux : ceux de Genly Aï, majoritairement, mais aussi par le biais d'Estraven, son principal interlocuteur, ainsi que par un rapport d'investigatrice et des contes géthéniens.

    On appréhende Gethen d'abord par le prisme de Genly, qui porte un regard hésitant sur cette population à la fois asexuée et hermaphrodite (un exploit !). Il est conscient d'être gêné de ne jamais savoir s'il s'adresse à un homme ou à une femme. Il est d'ailleurs particulièrement agacé de voir transparaître dans le comportement de ses interlocuteurs des attitudes qu'il qualifie de féminines, et qui sont, à ses yeux, inadéquates dans le contexte de rapports professionnels politiques. On voit donc bien là apparaître le machisme inconscient du personnage.

    En contrepoint, un chapitre est narré par Estraven, et laisse transparaître son vague dégoût vis à vis de cet humain esclave de ses instincts sexuels de façon permanente, ainsi que son incompréhension face à certaines de ses réactions sociales : celles-ci sont en effet inadaptées dans un milieu où l'identité sexuelle et de genre n'a aucune importance, puisque chaque individu passe de l'un à l'autre sa vie durant.

    Le roman raconte surtout les commencements, si délicats : la rencontre entre deux civilisations. La première étant plus savante et omnisciente que la seconde, elle envoie un seul plénipotentiaire, afin de ne faire peser aucune menace, psychologique ou militaire, sur la seconde. L'objectif est de faciliter la prise de contact et la confiance entre les deux parties.

    Cette approche, contre-intuitive au premier abord, se révèle très efficace, même si elle implique pas mal d'ennuis pour le plénipotentiaire : ignoré, souvent moqué, bref, il n'est pas pris au sérieux par une partie de ses interlocuteurs. C'est aussi une démarche au long cours pour lui : dans le roman, il faut plus de 2 ans à Genly Aï pour parvenir à un accord préalable et commencer les vraies négociations.

    Néanmoins, cela fonctionne, puisque les Géthéniens se sentent libres, et non contraints, à un accord. La démarche de l'Ekumen reste une proposition, et c'est à son ambassadeur d'en faire valoir les avantages et de convaincre ses interlocuteurs.

    Il est certain qu'Ursula Le Guin propose là un récit science-fictionnel dans son acception la plus noble ; le lecteur est transporté dans un ailleurs qui l'incite à regarder son propre monde avec un oeil neuf. Essayer de voir le monde sans le prisme du genre, tout en racontant une histoire de la rencontre de deux cultures : pari tenu. La main gauche de la nuit est un roman qui mérite d'être lu, et même s'il n'est plus aussi révolutionnaire qu'à l'époque de sa parution, il reste un texte moderne et singulier.

     

    Une fois encore, grâces soient rendues à Lhisbei et M. Lhisbei pour le Summer Star Wars, seul et unique challenge de l'univers capable de sortir ce blog et son autrice de leur léthargie. Que la Force soit avec eux... et avec vous.

    science-fiction,space opera

     

  • Destination Outreterres, de Robert Heinlein

    destinationoutreterres.jpgL’histoire :

    La Terre étouffe sous le poids de sa surpopulation et se meurt lentement. Pour survivre, l'humanité a dû ouvrir de nouvelles routes de colonisation : des portails perçant des passages dans l'espace vers les Outreterres, ces planètes lointaines où la vie semble possible. Chaque année, une Mission Survie teste les jeunes futurs candidats à l'exil. Une destination inhabitée secrète, un équipement choisi à l'aveugle, trois jours d'épreuve.
    Mais pour Rod et ses camarades, le portail se referme à jamais derrière eux. Comment survivre ? Il faut s’abriter, explorer, rester sur ses gardes mais aussi apprendre à faire confiance ; trouver des solutions, oser. Surtout, recréer une société. Comment choisir ensemble des valeurs communes, des règles, et des moyens pour les faire respecter ? En clair : comment ne pas devenir des barbares dans un monde sauvage ?

     

    Mon avis :

    Destination Outreterres ("Tunnels in the sky" en version originale) a été publié en 1955. Il fait partie des romans pour adolescents écrits par Robert Heinlein dans les années 40 et 50, et a été pour la première fois publié en français cette année, 67 ans plus tard, par Hachette Heroes dans leur nouvelle collection "Le Rayon Imaginaire".

    J'en ai entendu parler au mois de mai dernier, en écoutant le podcast "C'est plus que de la SF" (ceux qui ne le connaissent pas encore le connaitront bientôt). Ça tombait bien, le Summer Star Wars se profilait à l'horizon.

    Rod Walker, le narrateur, part en stage de survie avec une centaine de ses camarades pour ses trois jours d'épreuve. Hésitant, mais motivé par les compétences de sa grande soeur devenue une véritable Amazone, il franchit donc le portail pour faire ses preuves. Sauf que le portail ne se rouvre pas, et les jeunes, filles et garçons, se retrouvent livrés à eux-mêmes dans un environnement potentiellement hostile.

    Heinlein ne donne pas de détails sur les raisons de cette panne, ni sur le fonctionnement du portail. Son propos est centré sur le groupe de jeunes qui, cahin caha, bon an mal an, se constitue afin de survivre à l'impensable.

    Le temps passant, les jeunes gens se regroupent. Le processus se fait à la dure : la peur, la violence, le ressentiment, la jalousie, la brutalité et le danger s'ingèrent dans leur quotidien. Mais leur volonté de survivre et de faire société est forte, leur éducation au fonctionnement d'un système démocratique est étonnamment bonne (on ne trouverait certainement pas autant de jeunes si bien éduqués à la politique dans la réalité). Les jeunes créent donc une société humaine, avec ses imperfections, ses déséquilibres, mais dont ses membres restent à la fois libres et civilisés.

    Rod Walker, à la fois spectateur et acteur du drame, observe et agit, réfléchit, doute, essaie, rate parfois, réussit de temps à autres. Il n'est pas plus fort, ni plus loquace que les autres, il n'est pas plus intelligent, ni plus éduqué. Mais il est le plus gentil. Et parce qu'il fait preuve de plus de compassion et de capacité à pardonner les erreurs des autres, Rod devient chef de la communauté qui se crée.

    Robert Heinlein propose donc ici un récit initiatique optimiste, agréable à la lecture. Il est tout à fait recommandable aux lecteurs de YA. Un adulte appréciera les nuances de gris apportées par l'auteur dans le comportement et la psychologie des personnages, ainsi que leur diversité (pour un récit des années 50, les femmes n'y jouent pas les potiches). Un roman sans doute pas inoubliable, mais qui permet d'appréhender un peu mieux l'oeuvre d'Heinlein, bien loin du soi-disant militarisme de Starship Troopers.

     

    Une fois encore, grâces soient rendues à Lhisbei et M. Lhisbei pour le Summer Star Wars, seul et unique challenge de l'univers capable de sortir ce blog et son autrice de leur léthargie. Que la Force soit avec eux... et avec vous.

    science-fiction,space opera

  • L'espace d'un an, de Becky Chambers

    science-fiction,space operaL'histoire : Rosemary rejoint le vaisseau tunnelier Voyageur pour y être employée comme greffière. Elle y est accueillie par un équipage hétéroclite constitué de quatre humains et trois extra-terrestres, tous d'espèces différentes, ainsi qu'une IA, Lovey. Elle traîne un passé qui lui pèse et qu'elle n'ose pas dévoiler, mais s'intègre peu à peu dans le groupe.

    Le Voyageur accepte une mission au long cours pour creuser un tunnel dans l'espace-temps, sa spécialité, dans une zone très lointaine et plutôt instable politiquement. Le temps pour l'équipage d'apprendre à connaître Rosemary, et vivre des aventures... intéressantes. Au bas mot. Et de se découvrir, mûrir et changer, chacun, à travers les épreuves rencontrées.

     

    Mon avis : Ce roman, j'en avais entendu du bien, par Môssieur Space Opera, celui qui en lit tout le temps mais n'en chronique (presque) jamais : M. Lhisbei himself ! Et, effectivement, il faut bien le reconnaître : L'espace d'un an, c'est du space opera pour bisounours, ou tout simplement pour des gens qui ont envie de voir de belles idées se développer et prendre racine dans une bonne histoire.

    Le roman se déroule sur une année, d'où le titre. On apprend à connaître intimement chacun des membres de l'équipage, des personnages souvent hauts en couleur, à part, unis par une indéfectible affection - à une exception près. Ils et elles sont grandes gueules, singuliers, terriblement attachants.

    On trouve beaucoup de choses dans ce roman :  de la bienveillance (ce mot terriblement galvaudé qui commence à sérieusement m'agacer, mais qui reste une définition précise de l’atmosphère du roman), de l'inclusion, quelques pincées d'humour.

    Les gens vivent et travaillent ensemble ; il y a de l'amour pour tous, hétéro et homosexuel, et avec tous, entre personnes de la même espèce ou non.

    Quelque esprit chagrin accuserait ce roman de dégouliner de bons sentiments. C'est vrai, mais je n'en suis étonnamment pas écœurée.

    Pour la première fois depuis que je lis du space opera américain, on parle de gens qui cherchent et aiment la paix du quotidien dans un vaisseau spatial, et non de ses potentialités létales ! C'est original, étonnant et tout à fait rafraîchissant.

    Par ailleurs, l'écriture est fluide et de qualité, ce qui ne gâche rien.

    Beaucoup ont aimé ce roman depuis qu'il est sorti en août 2016 chez L'Atalante. Je ne fais pas exception. J'ai juste mis 4 ans à finir ma chronique, puisque je l'avais lu en 2018...

     

    Une fois de plus, grâces soient rendues à Lhisbei et M. Lhisbei pour le Summer Star Wars, seul et unique challenge de l'univers capable de sortir ce blog et son autrice de leur léthargie. Que la Force soit avec eux... et vous.

    science-fiction,space opera

    Ce livre a également été chroniqué cette année, et pour le même challenge, par Tigger Lilly.

  • La reine des neiges, de Joan D. Vinge

    reine des neiges.jpg

    J'ai été récemment prise d'un besoin pressant : celui de tenter de combler, au moins partiellement, l'énorme trou dans ma culture SF classique. Pour ce faire, j'ai très bêtement cherché la liste de tous les Prix Hugo depuis le commencement de l'histoire de ce prix.

    Et je suis tombée sur ce roman, La reine des neiges, Prix Hugo et Locus 1981, dont je n'avais jamais entendu parlé mais qui m'a intriguée : l'autrice porte le même nom de famille qu'un certain Vernor Vinge, auteur bien connu et lauréat lui aussi de plusieurs Prix Hugo (Au tréfonds du ciel, Un feu sur l'abîme), et... son titre évoque une certaine chanson à martyriser les tympans pour n'importe quel parent depuis 2013 !

    La reine des neiges s'inscrit par la suite dans une série, intitulée Le cycle de Tiamat, dont il constitue le premier tome.

    Joan D. Vinge a effectivement épousé Vernor Vinge, dont elle a ensuite divorcé. Peu connue en France, elle a relativement peu écrit mais ses oeuvres bénéficient d'une bonne critique ; elle a été 2 fois lauréate du prix Hugo, et nommée à plusieurs reprises.

     


    Résumé : la-reine-des-neiges.png

    La planète Tiamat est la plus primitive des mondes à portée spatiale de l'Hégémonie. Vivant au rythme d'interminables saisons hivernales et estivales, elle a tout oublié de la technologie de vol hyperspatial de ses ancêtres, et les seuls voyages possibles se font en utilisant les remous quantiques provoqués par un proche trou noir, dernier passage avec les autres colonies de l'Hégémonie. Après cent cinquante ans de règne, Arienrhod, la Reine de l'Hiver, ne veut pas quitter le pouvoir. Et pourtant voici que vient le temps de l'Été, celui des Étésiens, où une Reine de l’Été doit prendre sa place. Cela pousse Arienrhod à recourir à des clonages, des êtres en lesquels elle pourrait se réincarner éternellement. Une tâche redoutable qui échoit à Moon, une jeune Étésienne pour qui jusque là n'ont existé que les joies de la mer et l'amour de son cousin Sparks...

     


    Mon avis :

    Je suis entrée dans ce récit en toute candeur, n'ayant jamais rien lu ni vu sur ce roman. Et j'ai immédiatement été charmée par la narration fluide et les personnages attachants de Moon et Sparks. Puis la lecture aidant, l'univers de Moon prend de l'ampleur et la lectrice que je suis a été plus charmée encore par l'ambition de l'autrice, qui du planet opera passe allègrement au space opera, nous entrainant loin de Tiamat pour entrer au coeur de l'Hégémonie qui la dirige.


    C'est ainsi que l'univers se déploie, progressivement, permettant au lecteur d'appréhender sans heurt la complexité de la société, de l'histoire et de la politique de la planète Tiamat, puis de comprendre sa place si spéciale au sein de l'Hégémonie, qui veille sur elle, non pas tant comme une mère sur son enfant, mais comme un vieil homme jaloux sur ses privilèges.


    Reine des neiges avec texte.pngLa reine Arienrhod est une femme politique avisée, très expérimentée, dont l'apparente  jeunesse éternelle camoufle un esprit vorace et affûté. Toute son énergie est tournée vers la préservation de son pouvoir à l'arrivée de l'été, selon des moyens détestables et cruels. En premier lieu, Arienrhod tient le rôle cathartique du mal à combattre, face à la très solaire Moon. Mais, comme dans toutes les bonnes histoires, et c'est là une très bonne histoire, Arienrhod agit mal en étant motivée par d'excellentes raisons. Des raisons que Moon et Sparks, chacun de leur côté, sont amenés à découvrir et à comprendre.


    Moon, de son côté, devient Sybille, une sorte de voyante liée aux croyances religieuses très profondes de Tiamat. Et Moon apprend bientôt que les Sybilles sont beaucoup plus qu'elle ne paraissent être, camouflant une antique technologie derrière un voile mystique. La loi chère à Arthur C. Clarke, "toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie", revient donc, sous une nouvelle forme. Et ce faisant, Moon découvre, par d'autres voies que la Reine de l'Hiver, les raisons profondes et inavouables pour lesquelles l'Hégémonie tient tant à laisser Tiamat dans son état primitif.

     


    Joan D. Vinge entremêle donc plutôt habilement les thèmes classiques du space opera et de la fantasy, à l'instar d'une Anne McCaffrey avec La Ballade de Pern, donnant ainsi vie à un roman complet, divertissant, qui ne manque ni de souffle, ni d'ambition. J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et je vous recommande chaudement de découvrir ou redécouvrir ce texte de plus de 40 ans, qui n'a pas vieilli. Comme moi.

     

    Une fois de plus, grâces soient rendues à Lhisbei et M. Lhisbei pour le Summer Star Wars, seul et unique challenge de l'univers capable de sortir ce blog et son autrice de leur léthargie. Que la Force soit avec eux... et vous.

     

    SSW Obi Wan Kenobi.jpg
  • Journal d'un AssaSynth, de Martha Wells (tomes 1 à 5)

    space opera,science-fictionL'oeuvre : Pour ce premier (et peut-être dernier !) billet de l'année 2022, je me suis dit que tant qu'à parler de space opera, autant ne pas y aller de main morte. J'ai donc décidé de vous parler d'une série commencée en décembre dernier, et terminée aujourd'hui, devenue célèbre grâce à son succès critique : Journal d’un AssaSynth, de Martha Wells (titre original : The Murderbot Diaries).

    La série est composée de 5 novellas et 1 roman, tous édités à la Dentelle du Cygne chez L'Atalante (ma collection que j'aime d'amour "pour toujours et à jamais, jusqu'à preuve du contraire", comme dirait Nicolas Martin - mais je m'égare).

    1- Défaillances systèmes (2019) : prix Hugo, Locus, Nebula et Alex 2018

    2- Schémas artificiels (2019) : prix Hugo et Locus 2019

    3- Cheval de Troie (2019)

    4 -Stratégie de sortie (2019)space opera,science-fiction

    5- Effet de réseau (2020) : Prix Nebula 2020, Prix Hugo et Locus 2021

    6- Télémétrie fugitive (2021), que je n'ai pas encore lu

    En outre, le prix Hugo de la meilleure série littéraire 2021 lui a été décerné dernièrement.

    On peut donc dire que la qualité avait de bonnes chances d'être au rendez-vous.

     

    L'histoire : Une équipe de scientifique, PréservationAux, est en mission d'exploration sur une planète quasi inconnue. Elle est accompagnée d'une SecUnit, un cyborg chargé de sa sécurité. Ce dernier, le narrateur, a pour particularité de s'être auto-baptisé en secret "AssaSynth" - plus poétique encore que la version originale "murderbot" (bravo à la traductrice Mathilde Montier !). Il a aussi piraté en loucedé son module superviseur, qui permet normalement aux humains, et surtout à la compagnie qui le met à disposition des clients, de le contrôler. Ce piratage est potentiellement létal pour les humains, mais il se trouve que dans le cas de notre SecUnit, ledit potentiel reste sagement inexprimé.

    space opera,science-fictionEn effet, lors d'une mission précédente, des clients dont il ("iel", pour être précise) était chargé sont morts, et ce souvenir atroce le pousse à faire de son mieux pour protéger cette équipe scientifique, menée par le Dr Mensah. Le récit dévoile plus tard les raisons précises qui ont mené AssaSynth à désactiver son module de supervision pour devenir autonome. Et celles-ci sont effectivement sacrément bonnes, et naissent d'un véritable traumatisme, pour pousser un cyborg à pirater son propre système.

    Tout en suivant pas à pas la mission de protection d'AssaSynth face à des scientifiques jamais assez prudents à son goût, sur une planète plus hostile qu'il n'y paraît, le lecteur explore avec le cyborg les aléas de la découverte de la liberté de décision, de pensée et de conscience, ainsi que ses progrès - ou pas - en matière de rapports avec les êtres humains, le Dr Mensah en tête.

    Les tomes suivants développent les relations d'AssaSynth avec les scientifiques de Préservation, ainsi que ses déboires divers et variés pour se trouver une place au sein d'une société qui ne veut certainement pas d'une SecUnit séditieuse, toute bien intentionnée soit-elle. Car AssaSynth observe l'humanité par le prisme de ce que celle-ci pense des cyborgs, et il ne se fait aucune illusion sur ce qu'il peut attendre d'elle.

    Le cyborg trouve alors systématiquement refuge, de manière aussi drôlatique que pathétique, et toujours compulsive, dans la consommation effrénée de séries télévisées de science-fiction, toutes aussi irréalistes les unes que les autres, et dans lesquelles les SecUnits tiennent régulièrement, voire systématiquement, le rôle de tueurs effroyables et incontrôlables...

     

    Mon avis : Comme toujours dans les oeuvres que j'apprécie le plus, celle-ci propose un récit d'aventure en surface, et une réflexion philosophique sur l'existence et la conscience, dans le fond.

    space opera,science-fictionDès ma lecture de la première novella, et ceux qui me suivent sur les réseaux s'en souviennent peut-être, j'ai partagé quelques lignes qui m'ont fait glousser, voire pouffer :

    C'était pire que ce que je croyais. [...] Ils étaient arrivés à la conclusion qu'il ne fallait pas "me mettre la pression". Ils étaient tous tellement gentils que ça en devenait abominable.

    Car en effet, AssaSynth fait preuve d'une ironie dévastatrice dans son récit, ironie qui lui permet de gérer tant bien que mal les conflits inévitables entre sa part de machine factuelle et analytique, et les vagues émotionnelles très humaines, issues de sa partie organique, qui viennent le parasiter bien trop souvent à son goût.

    La gestion de ses émotions constitue l'un des points centraux de l'évolution d'AssaSynth tout au long de la série, et le lecteur peut mesurer ses progrès en la matière - ou pas ! - à la fréquence à laquelle il se réfugie dans ses épisodes préférés de série télé, qu'il visionne et revisionne, tel une Blop qui relit son livre doudou chaque année (Le Vol du Dragon d'Anne McCaffrey, pour les curieux).

    space opera,science-fictionL'autrice émaille donc le récit de réflexions et commentaires personnels d'AssaSynth, souvent très drôles, toujours sarcastiques et, au moins en surface, légèrement humanophobes. Car il est bien évident que ce cyborg nourrit des sentiments aussi profonds que niés pour ses compagnons humains, sentiments qu'il s'évertue à qualifier de toutes les façons possibles, sauf bien entendu celles qui entrent dans le champ sémantique de l'émotion.

    Ces pas de côté au beau milieu de scènes d'action offrent une respiration décalée, souvent inattendue, et l'ensemble propose des novellas dont le rythme rapide n’essouffle pas le lecteur, en y injectant de la profondeur de champ.

    Le roman est, lui, un peu moins bien équilibré. Néanmoins, le contexte ayant été très convenablement posé dans les 4 novellas précédentes, on se laisse porter par les aventures d'AssaSynth et de ses associés humains.

    Le plus intéressant étant d'ailleurs dans ce 5e opus, l'exploration de la relation entre AssaSynth et le vaisseau-bot Périhélion, rencontré dès la fin du premier tome. Les deux entités nouent un lien complexe, indéfinissable, et très hautement divertissant pour le lecteur, qu'AssaSynth refuse catégoriquement de qualifier d'amitié, puisque ce concept est humain et donc, non applicable dans le champ des relations robot-cyborg. Or ce lien évolue énormément durant le 5e tome, et l'exploration de leurs identités respectives constitue l'un des coeurs du récit.

    Tout dans cette oeuvre tourne autour des questions de l'identité, de la conscience et de la relation à l'autre, quand rien dans le monde n'est prêt à admettre qu'il y a là une conscience, une identité et une altérité à reconnaître. Journal d'un AssaSynth est donc une série qui allie le divertissement de surface au sens profond, tout ce que j'aime dans la littérature en général, et dans le space opera en particulier.

     

    Une fois de plus, grâces soient rendues à Lhisbei et M. Lhisbei pour le Summer Star Wars, seul et unique challenge de l'univers capable de sortir ce blog et son autrice de leur léthargie.

    Que la Force soit avec vous.

    space opera,science-fiction

     

  • Dune, de Denis Villeneuve

    4633954.jpgBon, tout le monde parle de Dune, cette semaine, je ne suis donc guère originale. Mais je me devais de participer in extremis au Summer StarWars cru 2021, ne serait-ce que pour ne pas faire moins que son instigateur, M. Lhisbei (gloire à lui, à Lhisbei et à Excel Vador).

    Dune de Denis Villeneuve, donc. L'histoire est compliquée, mais on va essayer de faire simple : le duc Leto Atreides est mandaté par l'empereur Padishah pour reprendre la gestion de la planète Arrakis, surnommée Dune. Arrakis étant la seule planète sur laquelle on trouve l'épice de prescience qui permet la navigation spatiale, Leto est potentiellement un homme très riche. En réalité, l'empereur est jaloux de la popularité de Leto et lui tend un piège, en collaboration avec les Harkonnen, une famille rivale moche, méchante et redoutable. Leto, lui, est beau et honorable. Il a aussi une compagne, Jessica, et un fils Paul. Ce dernier possède des capacités psychiques particulières, capacités qui se déploient de façon exponentielle à son arrivée sur Arrakis, en raison de la proximité permanente de l'épice. Le récit est raconté du point de vue de Paul.

    Dune est un film qui se veut grandiose, par ses images, son montage, ses cadrages... Il y réussit, au moins en partie. Il appuie malheureusement son propos par trop de ralentis et de très gros plans, le rendant certes majestueux, mais aussi pesant. C'est comme si Villeneuve voulait nous convaincre à coup de marteau qu'il nous propose un grand film. Je n'ai certes pas besoin de tant d'encouragements, pour ma part : ses plans larges comme ses gros plans sont magnifiques, avec des cadrages décalés originaux et vivants. Les effets spéciaux sur les vaisseaux sont impressionnants. Bref, pas besoin d'en rajouter !

    La distribution des rôles est plutôt réussie, bien que Villeneuve n'ait pas fait preuve d'une grande originalité. Les acteurs que j'ai préférés dans leurs rôles respectifs sont Stellan Skarsgard en Baron Harkonnen (il a vraiment un don pour les personnages inquiétants), Rebecca Ferguson en Jessica (sous exploitée à mon sens, mais la force de Jessica transparaît très bien chez l'actrice), Oscar Isaacs en Leto Atreides (parfait), Timothée Chalamet en Paul (un peu fragile peut-être, mais assez intense pour être convaincant), Javier Bardem en Stilgar (pour le coup, c'est franchement réussi) et, last but not least, Jason Momoa en Duncan Idaho (c'est comme si Herbert lui-même avait écrit le personnage pour Momoa, et pourtant je n'ai habituellement pas une très haute estime du talent de cet acteur, malgré son physique avantageux).

    J'ai moins goûté la présence de Dave Bautista (que j'ai sans doute trop vu dans des superproductions ces dernières années), mais il faut bien avouer qu'il fait l'affaire dans le rôle de Rabban. Si Josh Brolin a la gueule de l'emploi pour jouer Gurney Halleck, sa prestation lors des épisodes de citations poétiques m'a paru totalement à côté de la plaque. Dommage, car il faut avouer que c'est l'un des aspects les plus intéressants du personnage du roman. Zendaya en Chani ne procure absolument aucune émotion. Cette fille fait très bien la gueule, je peux au moins lui accorder cela.

    Dans l'ensemble, cette distribution plutôt talentueuse me pose un problème : ces têtes archi-connues nous distraient de l'histoire, de l'univers. Sans doute ai-je été influencée par des sagas à succès comme Star Wars ou Game of Thrones, dans lesquelles le cast est initialement composé d'acteurs peu connus, ce qui permet de s'attacher au récit et aux personnages, sans attendre quoique ce soit de tel ou tel acteur.

    Ce choix de tête d'affiches se comprend : c'est une assez bonne garantie d'attirer le public cible en salle (les 30-55 ans), alors qu'il est soumis à tant d'impératifs en cette rentrée 2021 (le pass sanitaire, la rentrée des classes pour les parents, la reprise des activités professionnelles et personnelles, etc.). Néanmoins, avec cette distribution à la mode, le risque demeure que cette oeuvre vieillisse aussi mal que celle de Lynch... L'avenir le dira.

    J'ai été frappée par la désaturation des couleurs, constante au long du film, que les scènes se déroulent sur Caladan ou sur Arrakis. Le bleu et le vert de Caladan sont bleu-gris et vert-gris, le jaune et le noir sur Arrakis sont jaune-gris et noir-gris. J'aurais imaginé quelque chose de plus chatoyant, au moins pour ce qui concerne Caladan. L'ensemble forme un bloc visuel très minéral, un choix esthétique que j'apprécie que peu, bien qu'il fasse sens.

    Cette minéralité se retrouve dans la bande-son, électrique, basse et très rythmée. J'ai eu l'impression tenace d'écouter des morceaux déjà entendus avant dans ma vie. C'est comme si cette musique était... obsolète ! Étrange sensation. Pas désagréable, mais étrange. Je crains qu'elle ne vieillisse très mal, mais une fois de plus, l'avenir nous le dira.

    royalty_mag_telerama_1029_v1_0.jpgLe style vestimentaire des personnages, distilles, tenues de cérémonie et autres armures de combat, m'a furieusement rappelé le style dans "La caste des Méta-Barons" de Gimenez et.. Jodorowsky ! Coïncidence ? D'autres, plus informés, pourront sans doute répondre plus avant à cette question.

    Le film propose tout de même quelques épisodes vestimentaires étonnants, voire anachroniques, du style "écrivain bohème et maudit du 19e siècle", entre Chateaubriand et Beaudelaire, pour Timothée Chalamet en Paul Atréides. Il faut dire qu'il a le physique de l'emploi !

    L'adaptation du récit est assez fidèle au roman, bien que certaines informations, délivrées bien plus tard dans le roman d'Herbert, soient là exposées assez tôt. Villeneuve a également choisi de sauter des passages entiers, comme le repas avec les notables locaux et toute la partie où le duc Leto fait croire à Jessica elle-même qu'il est fâché contre elle. Cela ne dessert pas le film, qui resserre ainsi le récit sur Paul et sa mère, et leur adaptation aux périls politiques, environnementaux et sociaux d'Arrakis.

    Villeneuve a su, de façon tout à faite étonnante, mélanger dans les mêmes séquences des moments de tension et de danger avec des scènes d'intimité, comme les visions de Paul, rendant ainsi les secondes plus dramatiques et les premières moins écrasantes.

    Pour être honnête, je n'ai pas vu passer les deux heures et demie du film, et j'ai été très heureuse de pouvoir le voir en salle, puisqu'il a été fabriqué pour cela.

    Les choix artistiques de Denis Villeneuve, bien qu'ils ne me convainquent ou ne me plaisent pas tous, sont respectables et j'apprécie son engagement dans une vision très personnelle de l'adaptation du roman d'Herbert. La qualité de réalisation est bien là, ainsi que la direction d'acteurs. Si je n'apprécie pas la distribution trop racoleuse, j'admets qu'elle est certainement un mal nécessaire pour que cette vision puisse avoir une suite et une fin. Je reverrai ce film avec plaisir. Longue vie à Dune !

     

     

  • Star Trek : Picard

    star-trek-picard-poster.jpgJe termine à l'instant, plusieurs mois après sa sortie, le dernier épisode de la saison 1 de Star Trek Picard. Un épisode final qui aurait pu l'être plus (final, s'entend), mais qui me remplit de joie, de chaleur, d'optimiste, d'humanisme, d'allégresse et... Bon. Je crois que tout le monde a compris. L'émotion l'emporte.

    Maintenant, on va tenter de revenir à la raison.

    Star Trek : Picard reprend donc le personnage de Jean-Luc Picard, initialement capitaine de Starfleet dans la série Star Trek : la nouvelle génération. Le personnage est toujours joué par Sir Patrick Stewart, devenu iconique grâce à ses rôles dans Star Trek et X-Men.

    Star Trek : Picard propose une nouvelle pousse dans l'univers de Gene Roddenberry. Picard, à la retraite dans son vignoble français, est rattrapé par son passé. Il a quitté Starfleet 15 ans auparavant, avec pertes et fracas, face à la décision d'interdire toutes les formes de vies synthétiques. Hanté par ses souvenirs et son affection pour son défunt ami l'androïd Data, il a très mal vécu cet épisode. Dhaj, une jeune femme en danger de mort, le contacte. Pour sauver Dhaj, puis sa soeur Soji, Picard tente de tirer quelques ficelles de sa vie antérieure au sein de Starfleet. Mais son titre d'amiral ne lui est d'aucune utilité : il est persona non grata. Nous suivons donc, durant 10 épisodes, les efforts pas toujours couronnés de succès de Picard pour tenter de sauver Dhaj, puis Soji, de leurs ennemis.

    Picard est un vieil homme fatigué, malade, têtu et pour tout dire, pas très facile à vivre. C'est aussi un humaniste indécrottable. Le grand âge, la maladie ne l'épargnent pas. Il reste néanmoins farouchement convaincu des grands principes qui ont dirigé sa vie d'explorateur spatial : le respect de la vie sous toutes ses formes, et l'absolue conviction que l'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne.

    Il s'entoure d'un aréopage de personnages plus ou moins vraisemblables, mais qui ont une facette fêlée, abîmée, voire carrément ratatinée. Des personnages attachants, qui réussissent presque tous à acquérir un minimum de profondeur durant les 10 épisodes de cette saison. Ils ne sont pas tous réussis, loin s'en faut. Mais le fait que le spectateur prenne l'histoire en route, avec un passé dont il découvre les détails progressivement et qui a des répercussions essentielles dans le présent du récit, lui permet de s'immerger rapidement dans l'univers et d'accepter ce qu'on lui présente.

    L'héritage de la série Star Trek : la nouvelle génération est clairement revendiqué et l'action se déroule 20 ans après les événements du film Star Trek Nemesis. Je précise que quelqu'un qui n'aurait vu ni la série ni le film, comme moi, ne se sentira pas totalement perdu. Il m'a manqué quelques références, mais cela ne m'a pas gêné pour suivre et apprécier le récit.

    Patrick Stewart, qui aura quand même 80 ans cet été, fait un Picard très réussi, fragile et volontaire. J'ai particulièrement apprécié que la réalisation montre sans fard (ou si peu) l'effet de la vieillesse sur un homme. C'est d'ailleurs un des éléments les plus intéressants de cette énième émanation de l'univers de Star Trek, et du space opera télévisuel ou cinématographique en général ; car en effet, je n'avais pour ma part jamais vu traitée la question de la vieillesse (et je parle bien de la vieillesse, non de la mortalité). Cette fragilité grandissante, cette perte de mobilité, d'énergie et de capacité d'adaptation, ces rides et ces rhumatismes qui s'installent et plus jamais ne nous laissent tranquilles... Tout cela participe de la sensibilité étonnante - et bienfaisante - de l'oeuvre. C'est touchant, c'est philosophique... et c'est une grande félicité.

     

     

    Ce billet a été rédigé avec grand plaisir et dans la joie que m'a procurée Lhisbei, grande prêtresse du Summer Star Wars, lorsqu'elle m'a gentiment invoquée sur les réseaux sociaux pour m'inciter à participer à ce 11e opus. Si vous revoyez (enfin) un nouveau billet sur ce blog, c'est elle qu'il faut remercier !

     

    logo-ssw-episode-IX.jpg