Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Film

  • Les Gardiens de la Galaxie, Vol. 2, de James Gunn

    les-gardiens-de-la-galaxie-vol-2-photo-affiche-978409-large.jpgAprès avoir sauvé la galaxie dans le premier opus, les bien nommés « Gardiens de la Galaxie » reviennent, quasi identiques. Star-Lord, Gamora, Drax, Rocket, Groot, Yondu... La totale. Ils sont étrangement beaux, déroutants, inattendus et fréquemment navrants.

    Le scénario du film tient en deux lignes : Star-Lord est retrouvé par son papa qui l'emmène sur sa planète, et Star-Lord découvre alors pourquoi il est né.

    On s'attendait, malheureusement, à cette indigence scénaristique. On peut s'en désoler et s'arrêter là dans le visionnage, ou s'en désoler et passer outre pour profiter du film. Passons donc sur ce gimmick des blockbusters hollywoodiens, auquel on ne peut pas grand chose.

    Une débauche de couleurs, de musique funky et de scènes d'action, des personnages improbables à l'humour discutable, j'estampille sans hésitation aucune Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 mon nouveau film SF Pop Corn, tout juste 20 ans après Le Cinquième Élément de Luc Besson. Et ce n'est pas là le moindre de mes coups de tampon (je vous rappelle, peuple de l'Internet, que je suis bibliothécaire : les coups de tampon, ça me connaît !)

    C'est bien simple, et M. Blop en fut témoin : j'ai ri du début à la fin du film. J'ai ri à gorge déployée. J'ai ri tant et plus. Je me suis amusée comme une folle. Et cela faisait longtemps que je n'avais pas autant ri au cinéma. Cela vaut bien une récompense. Les Gardiens de la Galaxie 2 est un film idiot qui se revendique comme tel, et je l'en remercie.

    Toutefois, contrairement au Cinquième élément qui me plaît toujours après moult visionnages («Aziz, Lumière ! » est une blague récurrente dans la famille Blop), je ne suis pas certaine que Les Gardiens de la Galaxie 2 passe l'épreuve du deuxième visionnage haut la main. Je crains en effet que les relations entre les personnages du film ne puissent conserver leur sel. Les blagues sont drôles une fois, mais le seront-elles une deuxième ou une troisième fois ? Seul l'avenir le dira.

    gardians-galaxy-2.jpg

    Il n'en reste pas moins qu'il s'agit là d'une belle bande de fêlés. Vraiment dérangés et improbables. Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière. Enfin, j'aime surtout la caractérisation des personnages masculins. Les personnages féminins principaux sont eux, plus convenus : Nebula et Gamora sont soeurs rivales, manipulées par leur "père", et toutes leurs actions et réactions sont logiques et cohérentes avec leur histoire personnelle. Cela les rend prévisibles. C'est dommage, quand on voit le délicieux n'importe quoi affleurant chez Drax, Rocket, Yondu ou Star-Lord. Cela dit, les personnages féminins secondaires, Mantis et Ayesha, sont assez réussis de ce côté là. Faut-il, pour que des personnages féminins principaux soient reconnus, qu'ils soient plus raisonnables que les personnages masculins ? Hélas...

    Bon, et puis il y a Chris Pratt dans le rôle principal. Le type qui est tellement cool qu'il fait des tresses à une stagiaire pendant une interview. Il a aussi de superbes abdos, et une admirable tête d'andouille dans le rôle de Star-Lord. C'est ce qui s'appelle avoir réussi son casting : Chris Pratt joue très bien les crétins candides.

    Mon ultime critique porte sur la tension amoureuse entre Star-Lord et Gamora : c'est inutile et ennuyeux. Franchement, cela n'a rien à faire dans un film pareil. Cela aurait été beaucoup plus drôle s'ils étaient devenus rapidement amants et que leurs engueulades prennent part aux dialogues si savoureux du film.

    La série des films des Gardiens de la Galaxie est à mon sens une des seules superproduction de SF (et de Marvel) depuis 15 ans qui ne se prend réellement pas au sérieux. Personne ne veut vraiment nous faire croire que l'histoire ou que (la plupart) des personnages sont vrais, crédibles ou graves. C'est par-fait ! Ne changeons rien. Vivement le troisième !

     

    Ce billet inaugure ma participation à la huitième saison du Summer Star Wars de M. Lhisbei, porté par Lhisbei et Excel Vador, bénis soient leurs noms dans toutes les galaxies connues et inconnues.

    SSW-rogue-one.jpg

  • Batman Vs Superman : l'aube de la justice, de Zack Snyder

    superman,batman,dc comics,superhéros,justicier,science-fictionBatman contre Superman est un concept qui m'a dérangée lors de ses premières évocations sur la Toile mondiale. Pour moi, ils ne faisaient tout simplement pas partie du même univers. J'ai donc cherché, lu, et découvert que j'avais tort en termes d'édition et de production, et qu'à l'aune de Marvel, DC Comics tentait de transposer sur écran l'équivalent des Avengers, une Ligue des Justiciers constituée des superhéros de son catalogue. Bien. J'ai donc essayé d'accepter de retrouver ces deux personnages dans le même film. Veni, vidi... Vici ?

    Pour faire court, le film raconte comment Batman se prépare à combattre Superman qu'il trouve trop dangereux après que Metropolis fut transformée en champ de ruines (la fin de Man of Steel, du même réalisateur), et comment il découvre en court de route un avorton un brin dérangé et très chevelu du nom de Lex Luthor.

    Mon avis sur le film est nuancé. Voire, partagé.

    D'abord, il n'y a rien à faire, je trouve que mettre deux personnages aussi différents dans un même film est terriblement casse-gueule, et confine parfois au ridicule.

    Superman n'est pas humain, il a des superpouvoirs, c'est un être de lumière qui tire sa force du soleil, et qui est malheureux parce que son sens moral élevé et son envie de bien faire sont contrebalancés par le fait que ses actions ont des conséquences involontaires et des dommages collatéraux sur l'humanité qu'il protège. Batman, lui, est un justicier abîmé par la vie, d'humeur sombre et de caractère violent, qui souffre dans sa chair des méfaits de l'humanité mais se bat malgré son manque de foi en l'espèce humaine en espérant pouvoir lui faire confiance un jour. Autant dire qu'on a l'impression de réunir un bisounours et un gremlins.

    Évidemment, cela sert le premier propos du film : il est plutôt simple d'opposer deux personnages de nature si différente. La confrontation de leurs univers respectifs est d'ailleurs très bien mise en image, grâce à la scène d'introduction du film qui rejoue la dernière scène de Man of Steel - l'ultime bataille de Superman contre Zorg et sa machine épouvantable - mais cette fois à travers le regard de Batman, vu du sol, à hauteur d'homme, en montrant les innombrables dégâts et les terribles pertes humaines que la bataille a généré. Le plus gros du film est narré du point de vue de Batman, d'ailleurs, ce qui donne une perspective toute différente aux actions de Superman et permet un regard critique tout à fait crédible. Un bon point.

    superman,batman,dc comics,superhéros,justicier,science-fiction

    En revanche, réussir à faire avaler que dans un deuxième temps ils puissent travailler de conserve pour le bien de l'humanité est beaucoup plus ardu. Et je n'ai pas été convaincue. Bien entendu, ils le font contraints et forcés - surtout Batman, qui y va plus qu'à reculons. Mais le fait est que je ne vois toujours pas ce qu'ils font ensemble.

    Cela posé, passons au reste.

    Henry Cavill, égal à lui-même dans son costume over bodybuildé (non vraiment, les producteurs de cinéma de super-héros, c'est trop. Arrêtez avec ces silhouettes déformées par l'excès de muscle, ça finit par être ridicule), incarne sans une anicroche son Clark Kent/Superman. Il est toujours bien présent, toujours travaillé par sa conscience, toujours amoureux de Lois Lane, bref, il est parfaitement supermanesque. Consensuel, limite ennuyeux, mais on le sait, à force : c'est le personnage qui veut ça. Le regard bleu acier de l'acteur fait merveille, ainsi que son élégante décontraction. Bonne idée de prendre un britannique pour ce rôle.

    Pour ce qui est de ce nouveau Bruce Wayen/Batman, je suis carrément enthousiaste, comme je le disais à mon ami Xapur. Vieillissant, aigri, revanchard, il est parfaitement détestable. Et très bien joué par Ben Affleck, qui lui donne de l'épaisseur, des rides, de la lourdeur et presque de l'embonpoint à force de masse corporelle, de la densité, ainsi qu'une colère mauvaise et une détermination malsaine. Il n'est pas beau, ni jeune, ni lisse. Il est désespérément humain. Ben Affleck fait ainsi brillamment oublier son précédent rôle de héros dans Daredevil.

    superman,batman,dc comics,superhéros,justicier,science-fiction

    Bon, par contre, il y un personnage auquel je n'ai compris au visionnage : celui de l'inconnue, voleuse et mystérieuse, qui vient finalement filer un coup de main en armure aux deux héros à la fin du film. Il a fallu que j'aille naviguer sur la toile après le film pour savoir qui elle était.  Pour les adeptes de l'univers DC Comics, c'était évident, mais pour moi, cela ressemblait à « Gnééééé ? »... Il s'agit donc de Wonder Woman. Elle reviendra dans la ligue, elle aura son film à elle, bref, elle a fait son caméo introductif. Gal Gadot est pas mal du tout, d'ailleurs, dans ce rôle. Au contraire d'Amy Adams, que je n'aime pas du tout dans le rôle de Loïs Lane, et ce, depuis Man of Steel. Dans l'ensemble, je déplore le rôle toujours très secondaire de ces dames dans les films de superhéros. Cela devrait changer... Je l'espère.

    superman,batman,dc comics,superhéros,justicier,science-fiction

    Lex Luthor est joué par le sautillant et survolté Jesse Eisenberg, qu'on sous-exploite dans ce film tout en donnant l'impression de lui donner de la place. Une étrange contradiction, à laquelle je n'ai pas d'explication plausible. Le comédien est vraiment bon, il donne une image du méchant tutélaire très éloignée - un vrai clin d'oeil inversé - de la boule à zéro et de la carrure imposante de Kevin Spacey et Gene Hackman, tout en lui conférant une belle présence. Mais c'est comme si son personnage avait été... bâclé.

    superman,batman,dc comics,superhéros,justicier,science-fiction

    Je n'irai pas plus loin dans l'analyse du film, car le reste est finalement très attendu : un scénario qui tient debout uniquement par la volonté du spectateur consentant (et pour celui qui ne l'est pas, je propose d'aller lire la chronique d'un Odieux Connard, comme d’habitude), et des effets spéciaux qui gâchent quelques scènes à force de prendre toute la place au détriment de l'histoire et du jeu des acteurs. On est loin des séries Daredevil ou Jessica Jones...

    Batman Vs Superman est donc, à mon sens, un film inégal : un scénario étique comme de bien entendu pour un blockbuster, une idée de base peu crédible, une réalisation assez bien faite - particulièrement pour la mise en perspective des deux héros -, des personnages attachants chacun leur manière. C'est un bon divertissement mais ce n'est pas du bon cinéma, malgré le talent des acteurs.

    Espérons que les prochains films de DC Comics soient plus... crédibles.

     

    Batman Vs Superman : l'aube de la justice, de Zack Snyder, avec Gal Gadot, Amy Adams, Jesse Eisenberg, Henry Cavill et Ben Affleck, 2016.

  • Star Wars, le retour de la force, de J.J. Abrams

    science-fiction,starwars,space operaJe craignais le pire. Comme beaucoup de fans de la trilogie d'origine.

    Adoncques, J.J. Abrams s'est collé à l'exercice éminemment casse-gueule de réaliser la suite d'une trilogie de films cultissimes, alors même qu'il avait déjà réalisé deux films tirés de l'univers d'une série télé cultissime. Ce type n'a peur de rien. Je plaignais le pauvre bougre avant d'avoir vu le film, et je savais que quel que serait le résultat (de mon point de vue), il serait de toute façon critiqué et décrié - il l'avait déjà été pour Star Trek.

    Alors, je suis allée voir Star Wars samedi, en me disant que quoi qu'il arrive, ce ne serait jamais pire que l'épisode I. Et que si Disney n'avait pas trop lésiné sur le budget, les effets spéciaux seraient sympas à regarder.

    Veni, vidi, vici, comme disait Jules. J'avais raison. Non seulement cet opus de StarWars est bien meilleur que le très dispensable Star Wars : la menace fantôme, mais il est également, de mon point de vue, aussi bon que l'épisode IV, Star Wars : un nouvel espoir. L'attrait de la nouveauté en moins, naturellement, mais le talent de mise en scène de J.J. Abrams en plus.

    Spoilons, mes bons - comme le dit Un Odieux Connard -, car dès l'introduction, le voile du mystère est levé. L'absence de Luke Skywalker sur l'affiche du film est immédiatement expliquée, avec ce célèbre bandeau de texte introductif défilant sur fond d'étoiles : Luke est manquant. Il a disparu. Sa soeur le cherche. Les méchants aussi. Tout part d'un petit droïde, BB-8, qui reçoit de son maître des plans qui aideraient la Résistance (le mouvement qui combat les méchants du Premier Ordre) à retrouver Luke. Et le petit droïde se perd dans une planète de sable, croise le chemin d'une jeune ingénue au grand coeur qui l'aide à échapper aux méchants.

    Cela vous rappelle quelque chose ?

    Le récit est tout simplement calqué sur celui de l'épisode IV (le film d'origine), avec grosso modo les mêmes rebondissements narratifs. On pourrait se dire : c'est idiot, on nous prend pour des imbéciles. Mais non. C'est même cela qui créé l'empathie immédiate du public avec le film - même si ledit public est conscient de cette manipulation. Nous ne sommes pas venus voir une création, mais bien la suite d'une histoire dans un univers archiconnu. On attendait de ce film qu'il soit fidèle à l'univers, qu'il soit réussi, pas qu'il soit original. C'est exactement ce qu'il est. J.J. Abrams, avec un sens maniaque des détails et une grande intelligence, a rempli brillamment son contrat.

    science-fiction,starwars,space opera

    J'ai un petit faible pour la cheffe des StormTroopers. Sans doute parce que Gwendoline Christie se cache derrière le masque.

    Tout d'abord, Star Wars : le réveil de la Force est un film chaleureux, dans lequel on se sent comme chez soi. Les effets spéciaux se font discrets, les personnages forment l'essentiel de l'histoire, ils nous touchent en plein coeur. Aux premières secondes du film, un sentiment de bonheur enfantin surgit, et ne nous lâche plus. Nous sommes submergés par la bonne humeur et le rire (le coup du "vieux tas de ferraille" emprunté par Rey et Finn est très drôle). Les protagonistes, aussi étranges puissent-ils paraître comme Maz Kanata (qui n'est pas sans rappeler Yoda), nous sont immédiatement proches et familiers. La mise en scène est plus importante que les effets spéciaux, cela se sent et je l'ai apprécié à sa juste valeur.

    Ensuite, cet opus porte une vision que j'aimerais voir plus souvent dans les blockbusters américains : les jeunes (Daisy Ridley et John Boyega, 23 ans tous les deux) et les vieux (73 ans pour Harrison Ford, 59 ans pour Carrie Ficher) se partagent harmonieusement l'affiche pour faire avancer l'histoire. La plupart du temps, si c'est un film de jeunes, les vieux ont un second rôle, et inversement. Dans Le réveil de la Force, le pari intergénérationnel est gagné : ils ont tous un premier rôle.

    Enfin, ce film confie l'équivalent du rôle de Luke Skywalker dans Un nouvel espoir à une jeune femme. Il introduit ainsi une parité visible (Leia - Rey / Solo - Finn) dans une saga épique. Rey est un personnage farouchement indépendant, doté de talents multiples : l'agilité, le combat rapproché, l'expertise technique, l'esprit de décision, un certain talent pour le leadership, la confiance en soi. Des qualités trop souvent associées aux personnages masculins. La silhouette mince et l'allure décidée de Daisy Ridley font merveille dans ce rôle.

    Bref, Le réveil de la Force est un film inclusif à plus d'un titre.

    science-fiction,starwars,space opera

    Oh, bien sûr, le scénario souffre de faiblesses certaines, d'ellipses grandes comme des trous noirs - ou alors d'ineptie narrative -, la psychologie des personnages est parfois peaufinée à la machette plutôt qu'à la ponceuse et le méchant, Kylo Ren, est aussi impressionnant qu'une méduse échouée. Bref, toutes ces choses qui empêchent un film d'être classé comme chef-d'oeuvre. D'ailleurs, si vous tenez à connaître tous les défauts du scénario, je vous recommande la (comme toujours) très bonne chronique d'un Odieux Connard.

    Mais pour moi, le plaisir a prévalu. Je retournerai peut-être même voir ce film au cinéma, rien que pour retrouver l'ambiance et la chaleur. La maison, quoi.

  • Jupiter : le destin de l'univers, de Lana et Andy Wachowski

    Les Wachowski étaient de retour cet hiver. Ces gars - enfin, ce gars et cette fille - sont fous, ridicules et géniaux. On l'a vu avec l'excellent Matrix et ses navrantes suites. On ne sait jamais trop sur quel pied danser avec eux, mais on est toujours sûr d'une chose : leurs films sont toujours visuellement impressionnants. Ce que, je dois avouer, j'avais totalement oublié avant d'aller voir Jupiter ascending (titre en VO).

    Lire la suite

  • Kingsman : services secrets, de Matthew Vaughn

    Une fois n'est pas coutume, le film dont je parle aujourd'hui est un film d'espionnage et d'action, et non un film de SFFF. Kingsman de Matthew Vaughn est une sorte de pastiche de James Bond, décalé et très britanniquement déjanté.

    Kingsman 1.jpgL'histoire du film : Harry Hart, dont le nom de code est Galahad, est un agent secret de Kingsman, un service privé d'espionnage. A la mort d'un des membres de l'équipe, chaque agent restant sélectionne un candidat afin remplacer le disparu. Ces candidats suivent un entraînement sélectif qui désignera l'heureux élu. Harry Hart choisit le fils d'un ancien collègue, Eggsy, petite frappe en perdition, pourtant douée de beaucoup de talents. Pendant ce temps, le milliardaire américain Valentine, doté d'un extraordinaire cheveu sur la langue, complote pour sauver la planète selon des méthodes très personnelles et pas du tout humanitaires.

    Le casting de haut vol de Kingsman laissait espérer, avec pourtant de sérieux doutes, un film parodique de bonne facture. Je craignais pour ma part un de ces films d'espionnage pour enfants où l'invraisemblable côtoie la ténuité du scénario, maquillé comme une voiture volée par la grâce de la présence de ténors de l'écran, Colin Firth, Michael Caine et Samuel L. Jackson.

    Le film vu, je suis heureuse de constater que la bonne surprise était au rendez-vous. Colin Firth en impeccable gentilhomme britannique (jusqu'ici, on a l'habitude) et ultra entrainé pour des opérations d'espionnage et de combat rapproché (là, on tombe des nues) : le mélange est plus que réussi. J'ai entendu l'acteur parler de sa préparation à son premier rôle de baston de sa carrière (à 54 ans !). Il disait regretter de ne pas avoir osé franchir le pas avant tant il s'était amusé. Je reconnais que je le rejoins : il est absolument bluffant de classe et d'efficacité durant ses scènes d'actions. Le voir massacrer des gens en costume sur mesure est véritablement réjouissant.

    Samuel L. Jackson a un rôle plus stéréotypé, un cliché des films de James Bond : le richissime et génial méchant qui tente de détruire le monde. Mais Matthew Vaughn a eu l'intelligence d'insérer un décalage humoristique dans sa prestation. Son épouvantable cheveu sur la langue (même en VO, j'ai été choquée par ce défaut de langage), son horreur absolue de la vue du sang et l'affirmation de sa vulgarité toute américaine face à la distinction britannique font de Valentine un méchant tout à fait acceptable.

    Kingsman 3.jpgMais la palme du film revient sans aucun doute à l'exploitation de l'identité profondément britannique du récit. Les aristos et les prolos sont représentés, le plus souvent caricaturés, et pourtant toujours justes. Le film est émaillé de nombreuses scènes qui oscillent allègrement entre le trash et le loufoque, entre la violence et le rire, afin de ne pas nous faire oublier que nous parlons de ces êtres déjantés, émouvants et parfois grotesques que sont les anglais. Alors certes, les clichés sont servis à la truelle. Mais on les avale sans broncher, tant ils sont bien présentés. Je vous conseille en particulier les tenues à carreau des recrues du programme d’entrainement de chez Kingsman : un délice de ridicule assumé.

    C'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes : un réalisateur américain s'emparant du bagage culturel britannique pour mieux le mettre en valeur était un pari risqué, mais un pari réussi. Cette comédie m'a convaincue et je la reverrai avec beaucoup de plaisir.

  • Avengers : l'ère d'Ultron, de Joss Whedon

    On reprend les mêmes et on recommence, avec plus d'effets spéciaux, de batailles et de monde à sauver (quoique). Iron Man, Thor, Captain America, Hulk, Black Widow et Hawkeye bossent ensemble, et bon, ça explose dans tous les coins.

    Lire la suite

  • Les Gardiens de la Galaxie, de James Gunn (II)

    Quand on aime la SFFF, qu'on aime rigoler et qu'on aime le cinéma, on ne pouvait guère, cet été, passer à côté de la sortie de la dernière production Marvel. Les Gardiens de la Galaxie promettait un concentré de space opera humoristique dans sa bande-annonce, il me fallait donc aller le vérifier. Car, oui, cher lecteur, souviens-toi : j'ai un faible pour les comédies SF, Le cinquième élément en première ligne.

    les-gardiens-de-la-galaxie2.jpg

    Je commençai donc ma séance sans la moindre idée du contexte, étant donné que je ne savais même pas, avant d'avoir vu la bande-annonce, qu'il existât des comics consacrés à ce groupe de personnages improbables.

    Nous découvrons Peter Quinn, sorte de Han Solo des temps modernes, pas tout à fait pirate mais pas tout net non plus, qui met la main sur un bidule sphérique convoité par un type atrabilaire, Ronan, et qui, pour sauver une planète de gentils dudit Ronan, doit s'allier à un raton laveur, un arbre (pas vraiment) doué de parole, une fille verte et un musclor étanche aux métaphores. Oui, le scénario s'arrête grosso modo ici.

    Je vous confirme immédiatement que la force de ce film réside dans son grand art de la fantaisie et du n'importe quoi. Le ridicule ne tue pas, et Les gardiens de la galaxie en est une parfaite illustration.

    Des exemples, on en trouve à la pelle : Peter Quinn veut que les gens l'appellent Star Lord et tremblent sur son passage. En général, il récolte au mieux, un pouffement, au pire, un "Gnééééé ?" à l'annonce de son surnom. Joli coeur patenté, il se démène pour conquérir la belle verte, multipliant râteaux et  plantages en beauté.

    Groot, l'homme-arbre, est un condensé d'Hodor façon SF : il ne sait que dire "I am Groot", il a un coeur tendre et peut se transformer en machine à tuer sans aucun lien logique avec le fait précédent.

    Rocket, le raton-laveur, porte lui aussi des relents de Han Solo - Groot étant son Chewbacca : fin tireur, bricoleur de génie à ses heures, éternel mécontent, Rocket est capable d'interpréter la triade orale de Groot (l'équivalent des hurlements de Chewie) d'une centaine de façons différentes, le plus souvent sorties de nulle part.

    Et il y a bien entendu Drax, musclor littéral et lettré, qui peine à comprendre l'humour, et dont les discours élaborés tombent comme des cheveux sur la soupe dans une atmosphère plus portée sur la déconne et l'action que sur la réflexion. Un décalage bienvenu, bien que trop timide à mon goût.

    les-gardiens-de-la-galaxie-alignes.jpg

    Et quand je parle de fantaisie, je parle aussi de fantasy. Si un humain sort d'un gros vaisseau spatial pour en rejoindre un plus petit en passant par le vide intersidéral, il est rare qu'en SF on l'imagine cheveux au vent (solaire), mains nues, blouson de cuir et, pour toute protection, un petit masque à zyeux rouges... N'importe nawak.

    Du space-opera, oui, mais de la SF ? L'étiquetage n'ayant pour d'autre effet que de provoquer des débats sans fin, mais parfois très rigolos, j'affirmerai donc haut et fort que ce film, c'est du space-opera de fantasy. Ça n'existe pas ? Je m'en fous.

    En tout cas, qu'est-ce que c'est drôle ! Odieux Connard se fera sans doute un plaisir de nous démonter le scénario, qui ne tient pas debout une minute, mais ce film est vraiment sympathique. En fait, je crois que ce qui m'a séduite, c'est ce frémissement de vent de folie qu'on devine -  ou qu'on espère ? - derrière la grosse machinerie. Marvel ne nous avait pas habitué à ça. J'oserais donc dire que j'en redemande !

     

    352137323.jpg

    Ce billet entre dans le cadre du challenge Summer StarWars épisode II de M. Lhisbei.