Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les derniers Jedi, Star Wars VIII, de Rian Johnson

11729355lpw-11730000-article-jpg_4831922.jpg

Chronique presque sans spoiler.

 

Synopsis : Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé… 

 

Mon avis : Qu'ai-je pensé de ce 8e opus ? L'ai-je aimé ou détesté ? Pour tout t'avouer, ami lecteur, je me tâte encore.  Si j'étais sortie avec le sourire aux lèvres et des sapins de noël dans les yeux de la projection de l'épisode VII il y a deux ans, même si je savais qu'on m'avait servi une belle copie de l'épisode IV, ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Je suis sortie... désorientée.

Commençons, peut-être, par ce qui est, à mon sens, réussi : l'univers visuel. Certaines scènes sont à couper le souffle. La bataille finale sur la planète blanche et rouge est à tomber par terre, tant les contrastes de couleur sont marquants et somptueux. Le film vaut réellement la peine de se déplacer en salle obscure pour cette raison.

L'évolution du personnage de Luke Skywalker, devenu misanthrope, dépressif et franchement désagréable - on dirait Ben Affleck en Batman - m'a plu. Il est humain, égoïste et adore se complaire dans l'auto-apitoiement. Bref, un vrai personnage ! Même si, effectivement, la fameuse scène du sabre-laser au début du film aurait pu trancher un peu moins avec la solennité de cette même scène à la fin du film précédent. J'avais l'impression de voir les facéties de Simon Pegg en plein milieu d'un temple bouddhiste. C'était drôle, mais déplacé. Les relations houleuses entre Rey et Luke, teintées de comédie, ont pour rôle de rappeler les scènes drôlatiques de l'initiation de Luke avec Yoda sur Dagobah, dans L'Empire contre attaque. Avec plus ou moins de bonheur, suivant les moments.

Le lien entre Kylo Ren et Rey est totalement novateur, étranger à l'univers Star Wars. J'ai la nette impression que Rian Johnson a vu, comme moi, la série Sense8, de Lana Wachowski, tant ce lien entre les deux protagonistes ressemble à celui qui unit les sensitifs dans la série. Cette nouveauté peut déranger par son incongruité, mais elle m'a conquise, sans doute parce que je suis déjà une fan de la série Sense8 et de ses personnages extraordinaires, mais aussi parce qu'elle colle finalement plutôt bien au concept de la Force.

Cette bonne surprise n'a pourtant pas amoindri le désappointement que j'éprouve une nouvelle fois face au personnage de Kylo Ren. Une tronche de méduse échouée (oui, bon, ok : on a dit pas le physique), un ego blessé d'adolescent en mal de reconnaissance : il m'agace. Dommage, car les relations qu'il établit avec Rey sont intéressantes, complexes et pleines de promesses.

Passons ensuite aux déceptions que j'ai pu ressentir : la rencontre et le voyage de Finn et Rose, bien que sympathiques, semblent être totalement gratuits et sans intérêt pour l'avancement du récit. J'avais l'impression d'être devant la longue scène de 50 pages sur Tom Bombadil dans le Seigneur des anneaux de Tolkien (aïe, pas taper !). En moins ennuyeux, tout de même. Je ne parle pas de Poe, dont le personnage donne l'impression de tourner en rond. On dirait qu'il n'est là que pour rappeler au spectateur qu'un pilote de la rébellion, c'est cool.

De même, j'ai été déçue de la conclusion de l'assommante poursuite entre les vaisseaux des Rebelles et ceux du Nouvel Ordre. Elle remet en cause toutes les précédentes scènes de bataille spatiale de l'univers Star Wars sans explication ; elle introduit un élément étranger qui est, cette fois, incohérent. Qu'il aurait été facile de détruire toutes les étoiles noires des précédents épisodes avec pareil procédé !

Ne parlons pas de la façon dont la Force se manifeste chez Leia Organa : cela m'a immédiatement fait penser à une scène de Superman en majesté (et en vol) dans Man of Steel. C'était d'un ridicule... Dommage pour un personnage aussi royal. Car feue Carrie Fischer en impose dans son rôle du général Leia Organa à chacune de ses apparitions à l'écran, avec dignité, grandeur et... malice. Un vrai bonheur.

Certains personnages, dont un méchant majeur, meurent ou disparaissent en un claquement de doigt, tels des pions sacrifiables sur un échiquier incompréhensible. L'identité des parents de Rey est donnée au débotté, sans la moindre révélation fracassante, alors qu'on en attendait beaucoup de ce côté. Bref, de multiples arcs narratifs auraient pu être développés et se sont terminés en queue de poisson. C'est comme si le film ne prenait pas le temps de se consacrer à des histoires, à des personnages, alors même qu'il dure 2h30 ! Cela a généré, pour moi, de multiples petites déceptions durant le visionnage. Je veux bien de l'action, mais pas au détriment de la profondeur de narration.

Les dernier Jedi est-il une copie de l'épisode V, le très fameux et très controversé Empire contre attaque ? Par certaines scènes, oui, évidemment. Mais je ne peux pas dire que cela m'ait fondamentalement dérangée. Non, ce qui m'a gênée, je pense, est la présence de scènes et développement inutiles, la conclusion hâtive d'arcs narratifs pourtant fort prometteurs dans l'épisode précédent, et l'introduction de certains concepts totalement étrangers à l'univers Star Wars.

Les derniers Jedi  donne l'impression de ne pas savoir ce qu'il veut : rendre hommage à l'épisode V, comme J.J. Abrams l'avait fait pour le film précédent avec l'épisode IV, ou prendre tout le monde à contre-pied pour surprendre et innover ? Il mélange allègrement les deux tendances sans obtenir une mayonnaise qui tienne.

Ma conclusion ? Je ne suis pas entièrement déçue, ni vraiment enthousiaste. Les derniers Jedi m'a perdue et rendue... perplexe. J'attends donc de voir comment J. J. Abrams transformera l'essai dans l'épisode IX.

 

 

Genre : space opera, space fantasy

 

Ce billet inaugure, comme de bien entendu, le Summer Star Wars de M. Lhisbei, avec la participation de Lhisbei et Excel Vador, bénis soient-ils au delà de toutes les galaxies.

ssw-8.jpg

 

Commentaires

  • Je ne pensais pas être la première !
    Non, toujours pas vu Solo. Un jour, peut être, quand je serai bien vieille, au soir, à la chandelle... Et bien plus tôt si je peux !

  • Moi c'est le contraire, je l'aime beaucoup en dépit de ses défauts, c'est le Star Wars qui m'a le plus fait vibrer depuis... longtemps (pour le parcours de Luke notamment). Et j'aime le fait qu'il ose sortir du modèle (contrairement au 7 que je trouvais un peu trop occupé à refaire l'épisode IV).
    Après c'est clair qu'il est truffé d'incohérences, ça n'aide pas à l'apprécier.

  • Je comprends ton enthousiasme ; ce film propose des nouveautés intéressantes. J'attends vraiment de voir comment l'essai sera transformé dans le prochain.

Écrire un commentaire

Optionnel