Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 2

  • Le petit journal de l'impromptu [2]

    Je ne m'étais jamais donné la peine de le faire, mais je pense que pour une fois, établir un vrai bilan statistique de la fréquentation de ce blog n'est pas inutile. Il faut dire que j'approche de mes 4 ans de blogueuse... Il serait temps !

    bilan-statistique.jpegL'idée que je m'en étais faite il y a 18 mois dans la première édition du Petit journal de l'impromptu n'était pas fausse, mais cela a un peu évolué. J'ai reçu cette année jusqu'à 1122 visiteurs uniques et 4062 visites mensuelles, ce qui indique une petite augmentation de l'audience de mon blog.

    Ainsi que ceux qui me connaissent bien le savent, je ne cherche pas la popularité (je viens de trouver un billet de Lionel Davoust sur l'influence et la popularité sur le Web qui m'a beaucoup plu), puisque je n'ai de toute façon pas le temps de bloguer régulièrement. Je le fais la plupart du temps la nuit, pendant mes insomnies. Je lis bien plus que je ne blogue, d'où la création récente de ma Pile à Bloguer.

    Pour autant, j'essaie de suivre ce qui se fait ailleurs, et cet "ailleurs" est avant tout le monde de Planète SF, qui compte des blogueurs de talent dont j'ai moult fois parlé ici, et au contact virtuel (voire réel) desquels j'apprends plein de choses. Ma sociabiblité de blogueuse s'arrête à peu près à ce club de mordus, faute de temps. 

    C'est grâce à cet "ailleurs" qu'aujourd'hui j'ai une petite centaine de visiteurs par jour, qui laissent des commentaires et bavassent aimablement avec moi. Je les en remercie.

     

    Janvier 2012 :

    765 visiteurs uniques / 2 709 visites / 89 visites par jour

    Billet le plus lu : Julian de Robert C. Wilson

     

    Février 2012 :

    1122 visiteurs uniques / 3680 visites / 126 visites par jour

    Billet le plus lu : Les chroniques martiennes de Ray Bradbury

     

    Mars 2012 :

    841 visiteurs uniques / 4062 visites / 131 visites par jour

    Billet le plus lu : La morsure de la passion de Michele hauf (AAAAAARgh !)

     

    Avril 2012 :

    0 visiteurs uniques (Mouuuuiiiiiii... Je crois que les stats ont planté ce mois-là...) / 2985 visites / 99 visites par jour

    Billet le plus lu : Eveil et Veille de Robert J. Sawyer

     

    Mai 2012 :

    807 visiteurs uniques / 3942 visites / 127 visites par jour

    Billet le plus lu : Avengers, de Joss Whedon

     

    Juin 2012 :

    739 visiteurs uniques / 3971 visites / 132 visites par jour

    Billet le plus lu : Le top 15 des films de SF (qui date de 2010 !)

     

    Juillet 2012 :

    667 visiteurs uniques / 3228 visites / 104 visites par jour

    Billet le plus lu : La horde du contrevent d’Alain Damasio (qui date de 2011)

     

    Août 2012 :

    809 visiteurs uniques / 3384 visites / 112 visites par jour

    Billet le plus lu : La cité de perle de Karen Traviss

     

    Septembre 2012 :

    784 visiteurs uniques / 3607 visites / 120 visites par jour

    Billet le plus lu : Flashback de Dan Simmons

     

    Octobre 2012 :

    883 visiteurs uniques / 3461 visites / 111 visites par jour

    Billet le plus lu : La pile à bloguer, procrastination...

     

    Novembre 2012 :

    954 visiteurs uniques / 3630 visites / 121 visites par jour

    Billet le plus lu : Les Utopiales 2012, atterrissage

     

  • Les Utopiales 2012, atterrissage

    Utopiales.jpgAinsi que je le disais la semaine dernière, et pour la première fois de mes vies de blogueuse et de bibliothécaire réunies (!), je suis allée à un festival de science-fiction, et en plus, celui des Utopiales. Excusez du peu.

    Les prix

    Voici, en premier lieu, le palmarès. Je mets en gras les titres qui m'intéressent le plus :

    Prix Utopiales Européen : « Mordre le Bouclier » de Justine Niogret
    Prix Utopiales Européen Jeunesse : « Saba Ange de la mort » de Moira Young
    Prix Julia Verlanger 2012 : « La Route de Haut Safran » de Jasper Fforde
    Prix spécial du jury de la bande dessinée : « Big Crunch » de Rémi Gourrierec
    Prix du Meilleur Album de SF 2012 : « Daytripper » de Gabriel Ba et Moon Fabio
    Prix SyFy du public (compétition internationale de cinéma) : « Iron Sky » de Timo Vuorensola
    Grand Prix du Jury (compétition internationale de cinéma) : « Eega » de S. S. Rajamouli
    Prix Utopiales de la Compétition Européenne des courts métrages : « La Mysterieuse disparition de Robert Ebb » de Francois Xavier Goby, Clement Bolla et Matthieu Landour
    Prix du meilleur scénario de jeu de rôle : « Héros de guerre » de Victor Bret
    Prix Game Jam de création de jeux vidéos en 48h : ex aequo « Thanks for playing » et « 2012 le jeu »
     
    Et bien entendu, il y a eu le prix Planet-SF des blogueurs 2012, remis samedi 10 novembre à 11h, dont le lauréat est « La fille automate » de Paolo Bacigalupi, traduit par Sara Doke et publié par Au Diable Vauvert. Le trophée a été remis à Sara Doke en présence de Marion Mazauric et d'un tas de blogueurs.

    prix-blogueur-3.jpg

    Photo Christophe Schlonsok


    D'ailleurs, regardez donc l'interview de Gromovar (qui mord et qui est contagieux) réalisée par ActuSF, où il relate l'histoire toute récente de ce prix :


    Hélas, je n'ai lu/vu aucune des oeuvres lauréates... Quoique ça ne devrait pas tarder pour Mordre le bouclier, de Justine Niogret et La fille automate de Paolo Bacigalupi. Une fois que j'aurai fini Black Out de Connie Willis.

    La chance

    mon passe VIP.jpg

    Pour ma première expérience aux Utopiales, j'ai eu un bol de tous les diables : j'y suis allée en tant que professionnelle ; j'avais donc un passe pour toutes les Utopiales :

    Et ça, c'était la classe. Pas de frais d'entrée, pas de file d'attente. Juste du temps devant soi.

    Il y avait deux conférences par heure, j'en ai suivi trois en entier, et beaucoup d'autres par petits bouts. Je n'en parlerai donc guère, allez donc voir les reportages vidéos d'ActuSF, il y a toutes les conférences en ligne.



    Les évènements marquants

    1 - Ma rencontre avec Jeanne A. Debats, la diva de la SF française. Quand je l'ai vue arriver dans la salle de formation vendredi, je n'en croyais pas mes yeux. On aurait dit la Castafiore (en plus jolie). Le coup des lunettes de soleil en pleine journée et en intérieur, je croyais qu'on ne le voyait qu'à Hollywood... Bon, cela n'a rien enlevé à l'intérêt de son intervention.

    2 - Le choc des civilisations quand je suis rentrée dans la librairie : la caverne d'Ali Baba, l'expression de mes rêves les plus fous. Et, bon sang, pas assez de sous pour tout acheter... Misère !

    3 - La remise du prix Planète SF des blogueurs samedi 10 novembre à 11h : un moment émouvant pour moi, qui faisait connaissance avec les autres blogopotes de Planète SF, et émouvant pour tout le monde au moment de l'évocation de l'article 6 du règlement.

    4 - Le pot d'après-prix, pour plusieurs raisons :

    • parce que M. Lhisbei s'est autorisé à son corps défendant une intimité choquante avec mon Maranges Fussières 1er cru de 2008 (mais au moins a-t-il réussi à le libérer de sa gangue de liège !),
    • parce que Yal Ayerdhal est venu s'installer sur les canapés au milieu de nous, tapant la bise aux filles et serrant la pogne aux gars, buvant mon fameux Maranges en papotant des charmes belges de Bruxelles,
    • parce que Sara Doke ADORE le vin du Jura et que Tigger lilly trouve qu'il sent le fromage.

    5 - L'hommage collectif des Utopiales à Roland C. Wagner, décédé cet été dans un accident.

    6- Justine Niogret : cette fille me fait délirer. A la remise du Prix Utopiales, il fallait la voir sauter sur scène comme une gamine en poussant des petits cris quasi ultrasoniques, c'était incroyable. Lors de la conférence Wonder Woman, elle a eu quelques paroles percutantes et bien dans son style d'humour, convoquant poneys magiques, crétins absolus et morues galactiques (cela n'a d'ailleurs pas plu à tout le monde, n'est-ce pas M. Lhisbei...). Pour qui ne connait pas cet humour, je vous renvoie au glossaire en fin de volume dans Chien du Heaume.

    7 - Lhisbei et M. Lhisbei. Je sais, c'est pas juste pour les autres blogueurs, mais voilà, mon bisounours est radioactif, que voulez-vous. J'ai donc rencontré pour la première fois ce couple absolument charmant, et j'espère bien que ce n'est pas la dernière. J'ai souvent évoqué ici la qualité du blog de Lhisbei, trouvant souvent écho de mes analyses dans les siennes (ou l'inverse !) et appréciant sa libre parole. La réalité a dépassé la réalité augmentée, et j'en suis ravie. Et en plus, M. Lhisbei adore le space opera militaire.

    8 - Les rencontres avec les blogueurs. Oui, parce que nonobstant le point 7, j'ai énormément apprécié de rencontrer pour de vrai tous ces gens que je ne connaissais que d'avatar. Je vais tenter de n'en oublier aucun, mais il faut savoir que j'ai loupé les présentations au resto vendredi soir parce que j'étais au petit coin. Donc mille pardons à ceux que je zappe : BiblioMan(u) en premier, et il sait pourquoi, Tigger Lilly, Gromovar Wolfenheir, Guillaume le Traqueur, Endea, A.C. de Haenne (on n'est pas du tout d'accord sur Julian, mais presque sur les fessées), Anudar Bruseis, Lorhkan. Heu, je suis sûre d'en avoir vu d'autres, mais j'ai oublié les noms. N'hésitez pas à me rappeler à l'ordre en commentaires.

    9 - Les rencontres avec les auteursYal Ayerdhal, Sara Doke, Thomas Day, Justine Niogret (elle commence à savoir qui est la tarte qui vient en dédicace sans bouquins...), Georges Panchard, Danielle Martinigol, Nancy Kress (qui a un anglais parfaitement compréhensible contrairement à Norman Spinrad, c'est bien pour ça que j'ai papoté avec elle) les auteurs de « Alter Ego », Sylvie Lainé, Jeanne A. Debats, Claude Ecken, Ugo Bellagamba...

    10 - J'ai découvert pour l'occasion que mon tout nouveau smartphone fait des photos de très mauvaise qualité. La prochaine fois, j'apporte un vrai appareil.


    Mes achats

    Ma carte bleue a chauffé dans l'extraordinaire librairie des Utos, qui rassemble 5 ou 6 librairies nantaises :

    achats Utos.jpg

    « Cherchez les intrus... » Y en a deux qui ne sont pas pour moi. Je vous laisse deviner lesquels.

    Comme à mon habitude, pas de nouveautés de l'année sauf en BD, je suis toujours un peu hors du temps éditorial. Mais je pourrai ainsi découvrir Heinlein par le bon bout de la lorgnette - n'est-ce pas Guillaume ? - et m'initier à quelques auteurs français contemporains.
    J'ai eu des dédicaces de Danielle Martinigol, Jean-Paul Renders, Thomas Day et Georges Panchard.

    Pas Neil Gaiman, non, parce que j'ai acheté le livre trop tard pour faire une dédicace. Mais ce type, que je ne connaissais que de nom, car je n'ai encore rien lu de lui (et oui, les dinos existent, j'en suis la preuve), a gagné mon estime lors que je suis tombée là-dessus sur Facebook :

    Citation Gaiman.jpg

    Un type qui dit du bien des bibliothécaires ne peut être entièrement mauvais.



    Moi

    Une fois n'est pas coutume, j'ai quitté mon habit de lumière galactique pour me fondre dans la masse des Utopiales. Je passais totalement inaperçu. Voyez plutôt :

    Bisounours.jpg

    Photo Tigger Lilly

    Bon, d'autres blogueurs ont déjà fait des retours plus rigolos/complets/référencés sur ces Utopiales :  GromovarEndeaTigger LillyGuillaumeAnudarLionel DavoustOlivier PaquetReS Futurae, ActuSF, Lhisbei.

  • Les Utopiales 2012, ma prochaine escale

    Utopiales 2012.jpgUne fois n'est pas coutume, je sors de mon trou de bibliothécaire empli de poussières et de toiles d'araignée, et je pars la semaine prochaine rejoindre la galaxie des Utopiales :

    Un monde où se rassemblent les gens bizarres qui aiment parler d'étoiles, de mages et de loup-garous,

    Un monde où des écrivains dont on n'entend jamais parler à la télé reçoivent des distinctions littéraires,

    Un monde où des gens comme vous et moi se costument en personnages aussi absurdes qu'improbables (comment ça, mes macarons et mon sabro-laser sont absurdes ?),

    Bref, un monde merveilleux.


    L'évènement aura lieu du 7 au 12 novembre 2012. Le programme est alléchant, et bien rempli. Je n'aurai jamais le temps de tout faire ! N'étant guère coutumière du reportage photo ou des interviews, contrairement à d'autres blogueurs beaucoup plus doués que moi, je ne te promets rien, lecteur. Mais, on se sait jamais...


    Je devrais y retrouver des blogueurs tels Gromovar, Guillaume le Traqueur, Lhisbei, Lorhkan, Tigger Lilly, Biblioman(u)... Une perspective plaisante pour moi, car parmi ces fiers blogueurs de mon club préféré, Planète SF, je n'en connais qu'un seul IRL (à toi de deviner, cher lecteur)(M. Blop et le principal intéressé ont interdiction de donner la réponse).


    A l'occasion de ces Utopiales, le jury du Prix Planète-SF des Blogueurs remettra ledit prix (un objet contondant) à l'un de ces quatre chanceux :

    • Ainsi naissent les fantômes, Lisa Tuttle, trad. Mélanie Fazi, Dystopia
    • La fille automate, Paolo Bacigalupi, trad. Sara Doke, Au diable vauvert
    • Matricia, Charlotte Bousquet, Mnémos (je l'ai lu mais pas encore chroniqué)
    • Wastburg, Cédric Ferrand, Les moutons électriques

    Que le meilleur (ou celui qui a le défenseur le plus agressif au jury) gagne !

  • La pile à bloguer : procrastination, quand tu nous tiens

    pile de livresJ'ai inventé (ou peut-être pas) la PAB, la pile à bloguer : tout ce que j'ai lu, qui entre dans ma ligne éditoriale*, et que je n'ai toujours pas honoré de ma prose. Oui, honoré. Non mais.

    Ma PAB a développé un volume indécent depuis quatre mois. Même les encouragements du Summer StarWars VI n'ont pas réussi à la faire maigrir significativement.

    Mais il serait terriblement erroné de croire que je ne lis rien. C'est juste que je ne blogue presque pas, sauf en cas d'insomnie. Alors j'ai décidé de vous lister les livres lus depuis le printemps dernier.

    Si vous souhaitez connaître mon avis/opinion/analyse sur l'un des titres, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire. J'y répondrai de mon mieux. Et, qui sait, peut-être une chronique sortira-t-elle bientôt de mon chapeau...

    J'ai donc lu...


    De la fantasy qui dépote :

     

    Du fantastique mâtiné de thriller :

     

    De l'anticipation, et de la bonne, bien que les deux titres Young Adult de chez Castlemore ne le laissent a priori pas croire :

     

    Du space opera, du vrai, du beau, du dur de dur, qui aurait dû avoir sa place dans l'épisode VI du SSW :

     

    Quand je vous dis que j'ai du retard dans mes chroniques...


    *Je dis "qui entre dans ma ligne éditoriale", car ce n'est pas le cas de Pipiou dans son oeuf, une jolie oeuvre que j'ai lue et relue presque tous les soirs ces deux derniers mois... Mais elle ne fait définitivement pas partie de ma ligne. Sinon, j'aurais ouvert un blog de littérature jeunesse - Dieu m'en préserve !!

  • Damned ! Un tag !

    Guillaume le Traqueur m'a taguée à propos de la rentrée littéraire. Damned ! 

    Je le cite : 

    Comment les blogueurs francophones vivent-ils cet évènement de l’agenda culturel ? Suivent-ils au mieux les nouveautés ? Si oui, dans quels genres de prédilection ? Et pour les blogueurs spécialisés, en profitent-ils pour sortir de leurs domaines de lecture habituels ? En profitent-ils pour consulter leurs libraires, se laissent-ils porter par les sélections de confrères ou de cahiers littéraires ? Ont-ils fait lors de ces rentrées culturelles des rencontres littéraires inoubliables ?

     Cela fait beaucoup de questions. Mais procédons par ordre :

    Je vis souvent la rentrée littéraire... comme une corvée. A cause de mon métier. Je suis obligée de me tenir au courant, en un temps record, de tous les évènements de ce microcosme, même si le contenu ne m'intéresse pas. Entre collègues et avec les lecteur in, il est d'usage de demander de ce qu'on pense de tel ou tel titre, s'il est mieux que le dernier du même auteur, si la tonalité générale de la rentrée est intéressante... Autant de questions qui tendent à me laisser froide, car je trouve le concept de rentrée bien trop surfait. Et puis, tant qu'à parler de rentrée littéraire, je préfère celle de janvier. Elle est souvent moins triste en termes de contenu. Mais je fais de mon mieux, parce que je ne ferais pas ce métier si je laissais ma curiosité s'éteindre à la moindre contrariété.

    Donc, oui, bien sûr, je suis de mon mieux les nouveautés, au moins en prenant connaissance des 4e de couverture, et si possible des critiques. Je lis quelques titres de la rentrée assez tard, en octobre novembre en général, pour de bêtes raisons pratiques (j'achète les livres pour la bibliothèque début octobre, une fois que le plus gros de la rentrée est faite, car mon budget est réduit et j'essaie de choisir intelligemment)

    Et, toujours en raison de mon métier, je suis tous les genres, mais comme en général il s'agit de littérature française contemporaine (oups, j'ai oublié les majuscules !), il s'agit rarement de littérature de genre et (trop) souvent d'autofiction. Allez trouver de la SF là dedans...

    Alors, oui, je sors de mon domaine de prédilection à chaque rentrée. Parfois avec de très bonnes surprises : Le choeur des femmes de Martin Winckler en 2009, Du domaine des murmures de Carole Martinez l'année dernière.

    Chaque fois, je lis sur les conseils de mon libraire, qui est une pointure en la matière. L'année dernière, le 31 août exactement, il m'a montré L'art français de la guerre d'Alexis Jenni, et m'a dit : "celui là, il aura le Goncourt". Devinez qui avait raison... Il fut aussi l'un des premiers à mettre en avant la trilogie de Stieg Larsson, Millénium, il y a quelques années. Quand je vous dis qu'il est bon...

    Je ne suis jamais allée à une rencontre avec un auteur à cette période de l'année. Parce que j'ai beaucoup de travail et que mon temps libre est consacré à ma famille (et parfois au blog !). Un jour, quand [je serai] bien vieille, au soir, à la chandelle, dévidant et filant... Je regretterai peut-être ces opportunités manquées. Pour l'instant, j'ai plus important à faire.


    Je rejoins Lhisbei (décidément, que j'aime cette fille !) sur l'aspect insupportablement germano-pratin de l'évènement. Les remous dont on entend parler dans les média, les jeux de pronostics, les guéguerres d'éditeur, sont pour moi une source d'agacement. J'habite loin de Paris, et je ne comprends pas cette montée en mayonnaise nombriliste.

    Pour l'anecdote, j'ai un souvenir édifiant de ma première approche de ce milieu, en mars dernier, alors que j'étais allée à Paris pour le Salon du Livre (avec les majuscules, cette fois). J'ai assisté à une conférence sur l'avenir du livre dans le numérique, rassemblant quelques pointures locales - mais comme elles étaient parisiennes, il est d'usage de dire qu'il s'agissait de pointures nationales - et un parterre de bibliothécaires conquises et muettes d'admiration (j'insiste : les conférenciers étaient des hommes, les auditeurs des femmes ; égalité des sexes...).

    Etait entre autres présent un des directeurs de publication de chez Gallimard, Alban Cerisier. Je dois dire qu'avec ma collègue, indécrottables provinciales incultes que nous sommes, nous avons passé toute la séance à pouffer de rire face à ses moues et ses postures théâtrales, sa tenue vestimentaire savamment négligée (un dandy des temps modernes !), le tout agrémenté de discours ampoulés dénués de tout rapport avec la réalité (les autres conférenciers n'étaient d'ailleurs pas en reste de ce côté là). J'avais devant moi le gratin du milieu du livre français... Juste ciel ! De quoi partir en courant !

    Pour résumer, j'aime la rentrée littéraire quand mon libraire me parle des livres qu'il a aimés - même si je ne les lis pas - et je n'aime pas la rentrée littéraire en tant qu'évènement médiatique ponctuel.

    De quoi devenir schizophrène...

  • Blogueuse en vacances

    Je pars en vacances loin de toute connexion Internet pendant deux semaines. Je reviendrai avec des  chroniques de space opera pour le Summer StarWars, c'est promis !

    A très bientôt, et bonnes vacances pour ceux qui en ont  !

  • C'est parti pour tout l'été !

    A partir de demain débute mon rendez-vous de prédilection, le Summer StarWars de M. Lhisbei. Il s'agit de l'épisode VI, puisqu'il a lieu pour la troisième année consécutive (ceux qui n'ont pas compris cette dernière phrase ont besoin d'une petite remise à niveau en culture SF. Voir plus bas).

    Ce challenge propose aux blogueurs intéressés de poster des billets durant tout l'été, du 21 juin au 21 septembre, sur la littérature de space opera et de planet opera. Cette année, il s'ouvre aux séries télé et au cinéma.

    75954881_p.jpg

    Je suis heureuse d'y participer pour la deuxième fois, car j'aime énormément le space opera, et bien marrie que ce ne soit pas la troisième (car à la première édition, j'aurais eu tout le temps du monde pour poster plein de billets... mais je ne connaissais pas son existence).

    Je remercie donc Lhisbei et M. Lhisbei pour l'organisation de ce challenge !

     

    La SF pour les Nuls

    Les trois films originels de La guerre des étoiles, sortis en 1977, 1980 et 1983, ont été numérotés respectivement IV, V et VI par le réalisateur George lucas. Un coup de génie, lui permettant (entre autres) de sortir 20 ans plus tard les préquelles numérotées I, II et III.

    Donc, pour tout puriste considérant que la trilogie d'origine est la Seule, la Vraie, l'Unique, les épisodes IV, V et VI, sont en réalité les premier, deuxième et troisième. C'est pourquoi le troisième épisode du Summer Star Wars est numéroté VI.

    Si vous n'avez toujours pas compris, je vous invite à aller voir les articles de Wikipedia qui détaillent l'univers de Star Wars.