Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Impromptu - Page 12

  • Iron Man 3, de Shane Black

    Voici revenu le connard génial et égocentrique de Marvel Comics, mon pote Tony Stark, alias Iron Man. Il est cette fois aux prises avec un traumatisme post-Avengers et un grand méchant terroriste qui menace les Etats-Unis, le Mandarin. 

    Iron Man est une franchise de divertissement. Pas du cinéma d'auteur. Une fois que tout le monde s'est mis d'accord là dessus, on peut creuser un peu.

    Iron Man 3.jpg

    Ce troisième opus est une grande réussite pour tout ce qui concerne les scènes d'action. La destruction de la villa de Tony Stark (je ne spoile pas, c'est dans la bande-annonce) est un moment extraordinaire, spectaculaire à souhait. Rien que pour toutes les scènes de combat et de vol en armure, le visionnage en salle obscure vaut le déplacement.

    Prévoyez toutefois de vous procurer une place à tarif réduit : si les personnages, principaux comme secondaires, sont plutôt bien travaillés, le scénario souffre d'une indigence certaine par moments, manquant de créer le lien suffisant pour justifier la présence de quelques personnages clés, comme le mouflet malin et le grand méchant Mandarin. Ca rime, oui.

    La situation de départ est la suivante : en raison de son expérience de mort imminente (ou presque) dans Avengers, Tony déprime ; il s'amuse avec ses joujoux - une pléthore d'armures expérimentales - refuse de dormir et fuit le monde, même sa mignonne Pepper Potts (toujours potiche, mais un peu moins que dans les films précédents). Il passe surtout son temps à planter tout ce qu'il entreprend, et c'est sans doute ce qui est le plus intéressant dans ce 3e opus. Dans ces scènes, le potentiel comique de Robert Downey Jr est pleinement exploité, pour mon plus grand bonheur. Il est réellement excellent dans ce registre, à la fois dans l'autodérision et dans le comique gestuel - procurez-vous Tonnerre sous les tropiques, vous verrez un bon exemple de son talent en la matière ! Donc Tony Stark se plante encore plus souvent que dans ses 2 premières aventures cinématrographiques, c'est très drôle, et cela donne un peu plus de relief à ce personnage déjà haut en couleur.

    Comme énoncé plus haut, il y a dans ce film un surprenant grand méchant Mandarin, dans le rôle duquel Ben Kingsley s'amuse comme un fou, et un mouflet malin qui tient la dragée haute à Tony Stark, qui est pourtant son idole. Ils m'ont bien plu tous les deux. En revanche, je mets un B- à Guy Pierce dans le rôle du Dr Killian. Sa tête ne me revient pas dans ce film. Tant pis pour lui, il s'en remettra.

    J'ai passé un fort bon moment en salle obscure, à peine gâché par la faiblesse du scénario - comme quoi, tout dépend de l'humeur du moment, car cette même faiblesse m'avait beaucoup dérangée pour Avengers.

    iron-man-3 [2].jpg

    Je suis débile. Je n'avais jamais remarqué que le chauffeur, garde du corps puis responsable de la sécurité de Tony Stark dans tous les Iron Man était Jon Favreau himself, le réalisateur des deux premier opus. Mais cette fois, je ne suis pas passée à côté. Car si Happy Hogan, son personnage, passe une grande partie de ce troisième opus alité dans une chambre d'hôpital, il montre un goût immodéré pour la série so british Downton Abbey... Que je viens de finir de dévorer.

    Je dois avouer que dans ce film de divertissement américain à grand spectacle, qui convoque toutes les recettes les plus ébouriffantes et irréalistes (scènes d'action, technologies avancées, feux d'artifices bling bling), la présence de petits morceaux de société anglaise traditionnelle d'avant-guerre est un pied-de-nez fort amusant, qui m'a grandement divertie.

  • Le top quinze des films de SF (2)

    En novembre 2010, le Traqueur Stellaire lançait un top 15 des meilleurs films de SF, que j'avais librement repris à mon compte.

    Il a recommencé récemment, et j'en étais encore à me tâter pour savoir si je réitérais ou non la chose quand cette perfide collègue blogueuse et bibliothécaire de Lune m'a taguée ! Damned ! J'étais refaite !

    Mais alors, que je commençai ce billet, je découvris que Lhisbei à son tour me taguait ! Incroyable !

    Je crois que les blogopotes m'encouragent, et je les en remercie. Bon, et puis elles ont un argument de choix : j'ai gagné deux livres grâce à elles...

     

    « Je cherche un prêtre, Vito Cornelius, c'est ici ?

    Non mon fils, les mariages, c'est l'étage en dessous. »

     

    Voici donc, dans le désordre et à l'impromptu, les 15 titres de films de SF qui me reviennent :

    1- Pitch Black, chouette film super malin où Vin Diesel sert le film, ça change !

    2- L'armée des douze singes, dans lequel il y a le second rôle qui m'a pratiquement le plus marqué au cinéma : Brad Pitt. Et pas parce qu'il a une belle gueule.

    3- Starship Troopers, parce que, en plus de ce que j'en ai dit la dernière fois, il se trouve que j'ai lu récemment le livre dont il est tiré, Etoiles, garde à vous ! de Robert Heinlein (merci Guillaume). Et que j'apprécie d'autant plus la qualité de l'adaptation cinématographique.

    4- Star Wars épisode IV (mais aussi les V, VI et III. J'ai prévenu que c'était dans le désordre !)

    5- X-Men II sans doute parce que je n'ai pas encore vu X-Men le commencement, et parce que comme dans tous les X-Men, il y a Hugh Jackman en combinaison moulante.

    6- Iron Man, parce que même si le(s) film(s) n'ont pas un intérêt cinématographique durable, Robert Downey Jr est Tony Stark jusque dans la moindre fibre de son être, et que c'est jouissif.

    7- District 9, parce que l'humanité en prend plein la gueule, et qu'elle l'a bien mérité.

    8- Matrix (le premier uniquement). Lunettes noires, manteau noir, M. Smith, post-apo : la classe

    9- Le cinquième élément. Le film qui m'a le plus fait rire en SF, dans le bon sens du terme. Après ça, je me suis teint quelques semaines les cheveux en orange, comme Leeloo. C'était classe.

    10- Bienvenue à Gattaca. Glaçant. Extraordinaire.

    11- Time out. Bon d'accord, ce n'est vraiment pas le meilleur film de SF que j'ai vu, mais j'aime beaucoup le pitch de ce monde où le temps de vie est la monnaie d'échange quotidienne.

    12- Terminator. Parce que : "Sarah Connor ? Oui ? Pan !"

    13- Avatar. Le film est un peu trop plein de bon sentiments, mais c'est quand même un sacré planet opera et un spectacle inégalable pour les yeux.

    14- Les fils de l'homme. Parce que.

    15- Et là, je vais faire hurler tout le monde : Hunger Games. Comme Time Out, le film n'est pas assez bon pour avoir une place méritée dans un top 15 objectif, mais l'histoire me plaît. Un bon moyen de rappeler aux gens qui n'ont pas trop souvent lu cet excellentissime billet d'Odieux Connard sur le film qu'ils peuvent lire ce roman d'anticipation post-apocalyptique, car il est loin d'être une bouse.

     

    « Un-be-lie-va-ble ! »

  • Il va falloir que je demande des comptes à M. Blop...

    Car après avoir gagné au Winter Time Travel de Lhisbei un des livres remis en fin de saison - avec à mon actif une seule petite contribution au challenge ! - j'ai également gagné un livre chez ma collègue Lune, dans le cadre du challenge Je Lis des Nouvelles et des Novellas (JLNN pour les initiés).

    Je me retrouve donc avec deux très beaux livres dans ma PAL !

    Les voici, les voilà :

     

                                       

  • La trilogie de l'empire, de Raymond E. Feist et Janny Wurts

    Fille de l'empire.jpgLa trilogie de l'empire est une oeuvre en trois volumes (si, si, je vous jure...) écrite par Raymond E. Feist et Janny Wurts, qui développe une histoire parallèle aux Chroniques du Krondor de Raymond E. Feist. Tous les romans autour du Krondor sont bien connus des amateurs de SFFF, mais je n'en ai pour ma part lu aucun. Je suis donc entrée dans la trilogie de l'empire en parfaite néophyte.

    Les tomes s'intitulent respectivement Fille de l'empire, Pair de l'empire et Maîtresse de l'empire. Etant donné que je n'aime pas spoiler, j'aurai pu éviter de donner les titres, qui sont à mon avis les pires que l'on puisse donner à des histoires dont le lecteur ne veut pas connaître le dénouement. Malgré la fin prévisible, j'ai décidé de tenter le coup et j'ai acheté ces titres en version numérique.

    L'histoire : Mara des Acoma est une jeune fille de 17 ans, héritière d'une noble famille de l'empire Tsurani sur le monde de Kelewan. Alors qu'elle est sur le point de prononcer ses voeux pour intégrer un ordre religieux dédiée à Lashima, déesse de la sagesse, elle est interrompue par le chef militaire de sa famille, qui l'informe de la mort de son père et de son frère à la guerre. Elle hérite brutalement d'une maison décimée, ruinée, et privée de la totalité (ou peu s'en faut) de sa force militaire.  Mara comprend rapidement que le décès de ses proches est dû à la manoeuvre d'un commandant Tsurani, ennemi de sa famille, qui les a placé délibérément au sein d'une opération militaire suicidaire dans la guerre des tsurani contre les Midkemians (une référence à La guerre de la faille, de Raymond E. Feist). Elle ne peut trainer en justice le responsable du massacre, qui a camouflé son meurtre sous une apparence honorable.

    Pour reconstruire sa maisonnée et venger sa famille, Mara doit jouer le Jeu du Conseil - le jeu le moins amusant du monde, dans lequel toutes les familles nobles de l'empire tsurani cherchent à gagner le pouvoir, le conserver et empêcher les autres d'y accéder, tout en maintenant l'apparence de la plus parfaite honorabilité. Dans la civilisation tsurani, l'honneur est au-dessus de toute autre considération, et la mort préférable à la honte et à l'humiliation. Mara, dans une situation désespérée, utilise des moyens discrets, tortueux voire non conventionnels afin de regagner un peu de prestige et de force, quitte à payer de sa personne. La trilogie relate sa montée en puissance dans un univers hostile.

     pair de l'empire.png

    Mon avis : Le point de départ du roman, sans originalité, est compensé par la richesse de l'univers recréé et une narration efficace, et qui peut parfois aussi se révéler réellement poignante.

    L'empire tsurani est décrit comme une société patriarcale et clanique, sur le modèle nippon traditionnel. L'esclavage en est une composante formelle (les esclaves sont les serviteurs de maisons déchues et les prisonniers de guerre), ainsi que le suicide rituel. Les tsurani croient en la métempsycose, d'inspiration hindouiste, avec des réincarnations plus ou moins honorables en fonction des mérites gagnés dans les vies antérieures.

    Les nobles s'y déplacent en palanquin ; ils ne connaissent pas le cheval. Kelewan est un monde quasiment privé de ressources métalliques. Les armes et armures sont de cuir, et l'empire tsurani vit de l'agriculture et du commerce, sans aucune industrie.

    Les tsurani, subtils et épouvantablement polis, sont pour certains des monstres de perversité. Une des réussites indéniables du roman est la qualité du rendu des relations humaines dans ce contexte social, où les non-dits sont plus beaucoup plus significatifs que les paroles. Virtuoses de la communication non verbale, les tsurani (et surtout le narrateur !) embarquent le lecteur dans des scènes épiques de conquête de pouvoir où il ne se passe pourtant rien de plus qu'une discussion guindée dans un salon de réception... Etant donné que la plupart des romans de fantasy s'inspirent plutôt des légendes nordiques ou celtiques, ce cadre oriental est une petite bouffée d'air frais.

    On y trouve de la magie, mais il n'en est que peu question jusqu'au 3e tome, dans lequel celle-ci prend de l'importance pour servir l'intrigue.

    La ligne narrative des romans est un peu inégale. Elle est souvent efficace et pragmatique, mais prend parfois une tournure lyrique étonnante. J'ai été particulièrement émue par deux scènes du 2e tome, Pair de l'empire. La première met en scène le commandant de Mara, Keyoke, pris au piège d'une embuscade particulièrement retorse, au coeur de laquelle il se bat sans espoir de survie, ni de rédemption pour l'honneur de sa maîtresse. Il se bat de toute son âme, tenant par son seul courage, soutenu par toute une vie de discipline. La narration de la scène est réussie, à la fois réaliste et portée par un souffle épique.

    La deuxième scène relate de façon puissante et émouvante, en quelques courtes pages, la façon dont Keyoke, mourant, dans le coma, est d'abord laissé à lui-même pour lui permettre de mourir dans l'honneur, puis sauvé par un prêtre guérisseur qui fait appel aux sentiments de Mara pour son serviteur, en dépit des traditions contraires.

    maitresse de l'empire.pngPar ailleurs, une fan de science-fiction comme moi ne pouvait pas laisser un détail sous silence : les Cho-Ja. Ces insectes géants, proches de fourmis ou des termites, sont les habitants originels de Kelewan. Doués d'intelligence, reconnus comme des égaux, leurs talents d'artisan et de guerrier sont prisés, et leur alliance recherchée par tous les clans tsuranis. La société Cho-Ja est assez bien décrite et constitue un à-côté distrayant, bien que trop peu développé à mon goût. Ces fascinants insectoïdes auraient largement mérité un traitement narratif plus minutieux.

    L'héroïne dotée d'un fort caractère et d'une poigne de fer a bien entendu tout pour plaire à mon esprit féministe et romanesque (un bisounours en tenue de Femen, si vous préférez...), rappelant à mon bon souvenir des petits plaisirs tels que... oui, vous avez deviné : Honor Harrington.

    Sauf que Mara des Acoma, contrairement à ma copine Honor, n'apprend jamais à se battre. Elle n'est pas militaire. Elle est juste une jeune femme qui se sert de son intelligence et de qualités traditionnellement féminines pour arriver à ses fins. Cela change de mes héroïnes masculinisées...

    En somme, La trilogie de l'empire m'a donc semblé être un charmant roman populaire, qui reprend des codes romanesques vieux comme le monde pour les exploiter de façon satisfaisante et attachante. Le fait que j'aie lu les trois tomes d'affilée est révélateur de son pouvoir d'attractivité, et je ne peux que vous le conseiller comme un bon divertissement, propice aux soirées au coin du feu comme aux journées à l'ombre du parasol.

     

    Editeur : Bragelonne, février 2011 pour tous les tomes de cette édition. Lus en version numérique

    Genre : fantasy, science-fiction

    Lu aussi par : Spocky

  • Winter time travel... hallucinatoire !

    Je n'en reviens toujours pas...

    WINTERTIMETRAVEL

    Ce week-end, ma blogopote Lhisbei faisait le bilan de sa troisième et dernière aventure dans le Winter Time Travel, ou WTT pour les intimes. WTT que j'ai honoré d'une seule et unique participation, parce que je prends mon ego pour un astre -  et surtout parce que je n'avais pas d'autre uchronie disponible sous la main.

    Il s'agissait de Palimpseste de Charles Stross, une novella que j'ai fort appréciée.

    Puis elle publiait un post pour annoncer les gagnants. Les gagnants de quoi ? Ben du challenge, parce qu'il y avait des livres à gagner. Bon, ça a l'air normal quand on a l'habitude, mais moi j'avais complètement oublié. Mal m'en a pris : j'ai reçu un e-mail de Lhisbei m'annonçant que son éternel allié Excel Vador m'avait désignée gagnante !

    J'aurais donc le plaisir, l'honneur et l'avantage de recevoir bientôt chez moi L'Enfant monstre, premier tome de la Geste d'Alban de Jean Luc Marcastel. Plaisir partagé avec Rose.

    enfant_monstre_

    Pour cela, je remercie Lhisbei et les éditions Matagot.

    Un grand bravo aux 24 participants qui se sont fendus de 81 chroniques et aux 7 autres gagnants !

  • Bilan des Oniriques

    Dimanche, je suis allée faire un tour à la première édition des Oniriques à Meyzieu. Voici quelques impressions de mon voyage...

    Du rêve pour tous : autant les petits que les grands pouvaient trouver leur compte de rêve et de passion.

    • Des dragons en quantité, des lutins, des faunes, des sorcières, des jeux de piste et des fresques pour les petits (j'ai appris pour l'occasion de la bouche d'une sorcière en chair et en os que le lutin irlandais est le Leprechaun),
    • des vampires, des steampunks, des jeux de rôle, une "murder party" pour les plus grands,
    • une belle librairie éphémère pour tous, constituée des fonds de 3 librairies et 5 éditeurs (dont les 3 indé de l'imaginaire), avec moult auteurs zé illustrateurs en dédicace.

    Une conjonction miraculeuse :

    • alors que le temps prévu pour ce week-end était censé être pourri, la météo fut extraordinaire samedi et dimanche, avec soleil estival et températures clémentes.
    • alors que nous sommes en pleine période de vacances d'hiver, étrangement, les lyonnais ne sont pas tous partis au ski. Je le sais, je les ai vus à Meyzieu un dimanche matin !

    Des invités heureux :

    J'ai eu l'occasion de croiser rapidement plusieurs auteurs et éditeurs contents d'être là (mais sans dédicace, j'avais pas le temps) : Ayerdhal, Sara Doke, Philippe-Henri Turin (illustrateur de dragons magnifiques), André-François Ruaud, Danielle Martinigol... J'en oublie. Plusieurs m'ont confié qu'ils étaient surpris du monde au festival, satisfaits de l'accueil et de l'organisation et d'autres que, selon leurs estimations, il y avait bien plus de public que pour le premier opus des Imaginales.

    Un bon présage ? Je l'espère, ravie que je suis d'avoir un festival de l'imaginaire près de chez moi...

    Un public détendu :

    L'ambiance du dimanche matin était très cordiale, familiale, avec des tas de parents accompagnant leurs enfants (ou l'inverse), et contrairement à ce que j'ai l'habitude de voir en médiathèque, beaucoup de papas avec leurs enfants. Des papas barbus et chevelus, avec des T-shirt chelou et des dégaines d'extra-terrestres... Qui ne doivent habituellement pas mettre les pieds dans les bibliothèques, pensant qu'on se foutrait d'eux s'ils expliquaient ce qu'ils aiment lire. J'ai vraiment apprécié cette ambiance.

    Je tire mon coup de chapeau aux bibliothécaires et aux bénévoles des associations partenaires, souriants, disponibles, voire... très, très loquaces dès qu'on abordait leurs stands.

    Et des félicitations méritées à la coordinatrice du projet, Frédérique Malvesin, bibliothécaire de son état (sans chignon ni lunettes) et grande lectrice de l'imaginaire. Il fallait une personnalité comme elle pour faire décoller le projet. Elle a certainement dû finir le week-end sous perfusion de Redbull (pour ne pas dire rail de coke, c'est prohibé) pour rester debout, et je m'incline bien bas devant la performance.

     

    Des photos, prises dans la médiathèque et sur le marché :         (photos tous droits réservés)

    L'exposition Dragons en folie, dessins de Philippe-Henri Turin, à tomber par terre, et les réalisations des enfants de Meyzieu pour l'occasion :

    P1120132.JPG

     

     

     

     

    Magnifique carte de France des dragons

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120142.JPG

     

    P1120133.JPG

    Extrait d'un livre illustré par Philippe-Henri Turin. Une merveille.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des dragons réalisés en atelier dans les écoles ou les centres de loisir...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120135.JPG

     

     

    Un bébé dragon sortant de l'oeuf...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120139.JPG

     

     

    Il suffit de lire le carton...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'expo des illustrations de Gilles Francescano. Je vous laisse savourer ces extraordinaires tableaux.

    P1120147.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120148.JPG

     

     

    Tout le monde reconnaîtra l'illustration du plus primé et hélas dernier livre de Roland C. Wagner.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120149.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un chouette marché artisanal :

    P1120158.JPG

     

     

    Magnifique dragon de métal à l'échoppe du forgeron.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120164.JPG

     

     

    Broderie traditionnelle, un boulot dont je ne voudrais pour rien au monde...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120160.JPG

     

     

     

    Deux types avec des bois sur la tête, des faunes, pour tout dire, dont un qui faisait semblant de parler mais qui parlait pas, et l'autre qui faisait semblant de pas parler mais qui parlait...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1120167.JPG

     

     

    Des crêpes au feu de bois, avec chaînes, poëles en fonte suspendues au bout, et foyer à bois dessous. Une invention du monsieur. Sympa, non ?

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une médiathèque selon mon coeur :

    P1120145.JPG

     

    les bibliothécaires de Meyzieu ont mis pile en face de l'entrée de la salle adulte l'"espace F" (pour SFFF), comme un bâton de maréchal brandi à la face des gens qui croient encore que les littératures populaires sont de la merde qu'il faut cacher dans les coins sombres.

     

     

     

    P1120150.JPG

     

     

     

    Et ils ont décidé d'y mettre absolument toutes les oeuvres qui sont susceptibles de relever du genre imaginaire, dont du Marc Lévy... et du Julien Gracq !

  • Enfin, les Oniriques !

    Lyonnais, Rhonalpins, Français, réveillez-vous ! Les Oniriques arrivent demain à Meyzieu.

    Les Invités des Oniriques 2013Du vendredi 8 mars au dimanche 10 mars, les Oniriques prennent possession de la médiathèque de Meyzieu (69) et quelques lieux adjacents, afin de vivre au rythme de l'imaginaire. Auteurs, dessinateurs, éditeurs, libraires, jeux, expositions, projections, concert, rencontres, ateliers, spectacles, magie, marché artisanal... Il y aura de tout, pour tous les âges et tous les goûts, du vampire au steampunk en passant par les femmes dans la littérature de SFFF.

    Le festival a été monté par la médiathèque en collaboration avec un ensemble d'associations de la région orientées sur l'imaginaire ou le Moyen-Âge: AOA Production,  CLIVRA, CoLibris,Compagnie Excalibur, Cyberunes, The Lyon Beefsteak Club.

    On comptera parmi les auteurs : Ayerdhal, Etienne Barillier, Karim Berrouka, Jean-Luc Bizien, Nadia Coste, Marie-Hélène Delval, Sara Doke, Anne Fakhouri, Gilles Francescano, Marika Gallman, Florent Gounon, Alain Grousset, Ange, Jean-Philippe Jaworski, Vincent Joubert, John Lang, Nathalie Le Gendre, Li-Cam, Danielle Martinigol, Pierre Pevel, André-François Ruaud, Valérie Simon, Adrien Tomas, Ciro Tota, Philippe-Henri Turin, Jérôme Vincent.

    Je mets de l'enthousiasme à faire la pub de ce festival parce que :

    • c'est une première du côté de la littérature de SFFF à Lyon,
    • c'est une médiathèque qui organise l'évènement.

    Gentes dames, gentilhommes, space orks et autres loup-garous, rendez-vous donc à Meyzieu à partir de demain !