Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

science-fiction - Page 5

  • Jésus vidéo, d'Andreas Eschbach

    Jésus vidéo, L'Atalante, Andreas EschbachAndreas Eschbach est surtout connu pour Des milliards de tapis de cheveux, roman édité en 1995 qui a eu (entre autres) le Grand Prix de l'Imaginaire en France en 2001. Jésus vidéo, plus récent et moins connu, a pourtant reçu lui aussi des récompenses, en Allemagne notamment.

    L'histoire : en Israël, sur un site de fouilles archéologiques, un jeune américain, bénévole de la campagne de fouilles, trouve aux côtés d'un squelette vieux de deux mille ans un sac plastique contenant le mode d'emploi d'une caméra pas encore sortie sur le marché. Immédiatement, toutes les personnes mises au courant de la découverte pensent que la caméra qui va avec le mode d'emploi pourrait porter en mémoire un enregistrement de Jésus Christ. Le tout est de trouver cette caméra ; c'est le point de départ d'une course à travers Israël.

    Entrent alors en jeu divers protagonistes, souvent antagonistes : un magnat de la presse américaine - le mécène du chantier de fouilles -, l'américain bénévole qui se trouve être lui aussi très riche et très capable, un professeur d'archéologie dans la lune, un écrivain allemand de science-fiction, des israéliens dépassés par l'affaire, des moines, des prêtres et des grands pontes de l'Eglise catholique. Car si tous veulent trouver cette caméra, ce n'est pas pour les mêmes raisons. Chacun de ces personnages en aurait une utilisation radicalement différente : diffusion mondiale et libre, vente et profits colossaux, utilisation politique, destruction...

    Mon avis : L'idée était si belle... Mais je suis déçue. Autant l'idée de départ et les personnages imaginés par Andreas Eschbach m'ont plu, autant le roman se noie dans les descriptions et les rebondissements inutiles. On a, au cours de la lecture, l'impression de n'arriver à rien... Et c'est exactement ce qui se produit. Les révélations promises par le pitch sont gâchées par un je-ne-sais-quoi qui annule la saveur de leur apparition.

    Le roman est peut-être trop démonstratif. Peut-être que, influencée par des dizaines de romans de SF américains calibrés au millimètre pour plaire au lecteur, je suis incapable d'apprécier une autre approche, plus nuancée. Je veux bien le croire.

    Ou peut-être ne suis-je tout simplement pas faite pour apprécier Andreas Eschbach : attirée par de multiples critiques positives, j'avais lu il y a quelques années Des milliards de tapis de cheveux, son roman le plus connu et le plus primé... Même si, bien sûr, les idées originales et la réflexion socio-politique y étaient présentes (je ne reviendrai pas sur ce qui me pousse à lire de la SF, j'ai répondu abondamment à cette question il y a quelques temps), j'en avais tiré une impression proche de celle-ci : un goût d'inachevé, une fadeur du romanesque qui déçoit mes attentes de lectrice en mal d'évasion.

     

    L'Atalante, 2001

    Genre : anticipation, uchronie

  • La nef des fous, de Richard Paul Russo

    russo nef des fous.jpgBartolomeo Aguilera est le conseiller du capitaine du vaisseau l'Argonos. C'est un homme à l'intelligence acérée et souvent cynique, car il est orphelin, abandonné à la naissance à cause d'un corps difforme qu'il doit enfermer dans un exosquelette pour pouvoir évoluer parmi les autres. Les autres, ce sont les habitants du vaisseau, qui y vivent depuis des générations. L'Argonos est un monde en soi, fermé sur lui-même, qui navigue sans but précis depuis des milliers d'années.

    Sur une planète baptisée Antioche, les argonautes découvrent un charnier terrifiant, sans l'ombre d'un indice pour l'expliquer. Plus tard, ils tombent sur un vaisseau spatial gigantesque de facture vraisemblablement alien, visiblement abandonné. Ils décident d'explorer le mastodonte.

    Bartoloméo, en narrateur, nous fait découvrir les arcanes compliquées de son monde, divisé entre les hautes castes dirigeantes et les soutiers, ouvriers chargés de la maintenance du vaisseau. Nous découvrons les tensions sociales, religieuses et politiques qui l'habitent. Et surtout, nous tentons de décrypter avec lui les mystères d'Antioche et du vaisseau alien.

    La nef des fous est un roman agaçant ; d'où vient l'Argonos, où va-t-il, comment cela va-t-il finir ? Nous n'en avons jamais la réponse. C'est aussi ce qui fait son charme ; rester sur sa faim laisse place à l'imagination...

    La nef des fous est un bon roman, original et parfois destabilisant.

     

    Le Belial', 2006

    Genre : science-fiction, space opera


  • Les abîmes d'Autremer

    autremer.gif

    Je viens de faire une découverte. Avant-hier, j'avais pris deux livres à la bibliothèque, des romans pour ados. J'ai lu le premier en une heure et quart. Bof, bof, bof. Un bouquin bâclé, mal écrit, avec une bonne idée mais un style médiocre et une finesse de mammouth.

    Sur cette déception, je commençai le deuxième roman. Pour le même nombre de pages... Il m'a fallu presque trois heures ! Parce que l'écriture était belle, parce que l'histoire me berçait, et que je le savourais à chaque seconde.

    Il s'agit du roman Les Abîmes d'Autremer, de Danielle Martinigol. C'est l'histoire de Sandiane, une jeune fille de 16 ans qui suit son père dans ses reportages. Elle apprend avec lui le métier de journaliste, bien que celui-ci ait des méthodes discutables pour dénicher les scoops. Père et fille ont l'occasion de faire un reportage sur une planète, Autremer, dont les habitants sont extrêmement discrets sur leur mode de vie. Les journalistes tentent sans relâche - ni scrupules - de découvrir leurs secrets. Sandiane cherche en particulier à comprendre comment fonctionnent les étranges vaisseaux spatiaux des autremériens, les Abîmes.

    Les Abîmes d'Autremer est un beau récit écologique, qui propose en outre une réflexion intelligente  sur la place et le rôle des médias dans une société saturée d'information.

    Voir aussi l'avis d'Anudar

    Mango jeunesse, 2001.

    Genre : écologique, science-fiction, space opera, initiatique

  • Essèfophile

    Extrait d'une interview de l'écrivain Serge Lehman par le Cafard Cosmique, à propos de la sortie de Retour sur l'horizon, un recueil de nouvelles de science fiction.



    "Cafard Cosmique : Revenons au travail d’anthologiste. Comment présenteriez-vous le recueil ?

    Serge Lehman : Quinze histoires pour utiliser intelligemment son temps de cerveau humain disponible.

    CF : Et comment le vendriez-vous ?

    SL : Quinze machines de troisième espèce pour infiltrer les circuits du métacortex planétaire et déclencher par feed-back une reprogrammation cognitive capable de muter n’importe quel sous-homme en guérillero rétroviral.

    CF : D’accord, ne vous énervez pas."


    ;-D


    Source : http://www.cafardcosmique.com/

     

  • La lune des mutins

    lune des mutins.jpg

    David Weber, outre sa saga sur Honor Harrington, a livré de nombreux romans, pour la plupart des space opera.

    La lune des mutins raconte l'histoire de Colin Mac-Intyre, capitaine à la NASA. En mission d'entraînement autour de la lune, il est attiré par une force inconnue à l'intérieur de l'astre. Il y rencontre Dahak, intelligence artificelle commandant un vaisseau spatial très particulier ; commence alors une aventure surprenante, qui remet en cause tout ce que Colin sait - ou croit savoir - sur l'histoire de l'humanité.

    Weber raconte bien, c'est là son moindre défaut. On peut lui reprocher ici de ne guère soigner la psychologie de ses personnages, mais l'idée de départ est bonne et plutôt bien exploitée.

    Bref, un roman de détente, agréable et divertissant.

     

    L' Atalante, 2004

  • Les guerriers du silence

    guerriers silence.jpgPierre Bordage est l'un des (trop) rares mais excellents auteur français de science-fiction. Les guerriers du silence est son premier roman, écrit en 1985. Il le proposa à tous les grands éditeurs... qui le refusèrent. Plusieurs années plus tard, L'Atalante, alors petit éditeur, l'accepte... Et grand bien lui en pris : Pierre Bordage gagna plusieurs prix littéraires avec son roman, dont le Grand Prix de l'Imaginaire en 1994.

    La Confédération de Naflin se corrompt et se change en empire sous l'influence de mystérieux personnages, baptisés les « Scaythes d'Hyponéros ». L'inquiétante religion kreuzienne se radicalise et entraîne des éradications ou des lavages de cerveau massifs des populations. Aphykit est la fille d'un maître des sciences inddiques tué par les Scaythes. Elle rencontre lors de sa fuite Tixu Oty, obscur petit employé de la Compagnie Intergalactique Longs Transferts. Ils commencent alors le rassemblement des douze « guerriers du silence », qui doivent s'opposer aux Scaythes.

    Reprenant certains codes du space opera, l'auteur développe parallèlement une dimension plus philosophique, inspirée des religions orientales (bouddhisme). Son récit déborde d'imagination ; il est riche et bien construit, cohérent et inventif : il comblera les fans de Fondation d'Asimov et de Dune d'Herbert (dont je suis !).

     

    Trilogie : Les Guerriers du Silence (1993), Terra Mater (1994) et La Citadelle Hyponéros (1995), disponibles chez L'Atalante et en poche.

    Genre : science-fiction, space opera

  • Le vol du dragon (La ballade de Pern)

    vol du dragon.jpgSi vous aimez voler, si vous aimez les animaux de compagnie (!), et si vous aimez les sagas épiques, arrêtez-vous ici.

    Dans Le vol du dragon, on trouve des dragons bien sûr, mais aussi une énigme posée aux hommes par les archives et les ballades ancestrales de la planète Pern.

    Le chevalier-dragon F’lar part en quête d’une femme exceptionnelle, qui pourra l’aider à résoudre les mystères du passé et à lutter contre les dangers à venir. Il découvre une servante au caractère bien trempé, Lessa, qui n’est pas tout à fait ce qu’elle semble être.

    L’ouvrage d’Anne McCaffrey est un concentré du meilleur de la fantasy : un monde attachant et crédible, des personnages forts, un enjeu vital, une narration bien menée. Foncez, c’est excellent !

     

    Pocket, 2005

    Genre : fantasy, heroïc fantasy, science-fiction