Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature générale - Page 5

  • Pema Ling

    Pema_Ling.jpg

    George Bess nous narre le destin de Pema Ling, enfant tibétaine au destin hors du commun. Traumatisée par l'assassinat de son père commandité par le despote local, elle est recueillie par les moines d'un monastère.

    Pema refuse de parler, et, habillée en garçon, elle grandit en nourrissant des rêves de vengeance.

    5 tomes sont sortis à ce jour, mettant en lumière la société traditionnelle du Tibet avant l’occupation chinoise.

    C’est une œuvre forte, au dessin marqué, qu’on lit avec respect - et passion.


    Chez Dupuis :

    1. De larmes et de sang
    2. Les guerriers de l'éveil
    3. Yamantaka, seigneur de la mort
    4. Naissance d'un légende
    5. Katouk le Tulpa

     

     

  • Le comte de Monte-Cristo

    « Hein ? Mais c'est un vieux tromblon, ça ! »

    Bah, oui.

    N'empêche, ce bouquin, c’est celui qui m’a fait apprécier le style des « vieux » auteurs - ceux qu’on nous oblige à lire à l’école.

    Je n’aime toujours pas Balzac, Mérimée ou Zola, mais Dumas Père, oui. Sans doute parce qu’il écrivait de la littérature populaire.

    Dumas_MonteCristo.jpg

    Le comte de Monte-Cristo, c’est l’histoire d’une vengeance. Edmond Dantès, un jeune marin marseillais, est accusé d’un crime qu’il n’a pas commis et enfermé au château d’If durant de longues années. Lorsqu’il s’échappe enfin, il a eu le temps d’élaborer ses plans contre ceux qui sont responsables de son emprisonnement. Il mène sa vengeance lentement, avec moult raffinements sadiques. Parallèlement, il récompense ceux qui se sont montré bons.

    Le style feuilletonesque du roman est perceptible (il paraissait en épisode dans un journal avant d’être éditer en un seul volume). Certains rebondissements sont littéralement incroyables (c’est-à-dire on n’y croit pas une seconde) et Dumas, pour gagner quelques sous, a largement délayé la sauce de son récit. Il faut donc être un lecteur à la fois complaisant et patient.

    Pourtant, je lis et relis ce roman depuis plusieurs années, sans jamais m’en lasser. Monte-Cristo est un personnage poignant, mi-ange, mi-démon, qui, au fond, cherche la rédemption. Les principaux protagonistes sont bien campés. On découvre dans ce roman tout l’exotisme de l’Orient, celui rêvé par les européens au début du XIXe siècle. Quelques scènes sont extrêmement touchantes, comme celle de Valentine de Villefort avec son grand-père paralysé. Le français est magnifique…


    Comment, vous n’êtes pas encore dedans ? ;-)

     

     

    Multiples éditions. Trouvable absolument partout, même gratuitement sur Internet (et c’est légal !!)

  • Un lieu incertain

    lieu_incertain.jpgC’est reparti pour une nouvelle (et délicieuse !) aventure du commissaire Adamsberg et de ses séides.

    Fred Vargas nous promène à Londres, Paris, et jusqu'en Serbie avec un égal bonheur. Nous divaguons littéralement en compagnie d'Adamsberg, au gré d’une enquête très bien ficelée, inattendue, souvent drôle. Nous en apprenons de bien belles sur les cimetières anglais et les vampires européens.

    Un excellent Vargas, à lire comme on déguste un bon cru.

    Plog !

     


    Chez Viviane Hamy, 2008

  • Le serment des limbes

    serment_limbes.jpg

    Comme à son habitude, Jean-Christophe Grangé nous emmène dans les tréfonds les plus insanes de l’âme humaine, rappelant parfois les obsessions de Stephen King. On aime ou on n’aime pas.

    Dans cette enquête, la psychologie du héros, Mathieu Durey, est particulièrement fouillée : flic aux méthodes brutales, c’est un ancien séminariste dont la foi ardente le mène aux confins de la raison. Sa personnalité complexe attire, et le lecteur le suit passionément (et sans respirer) dans les méandres les plus obscurs de sa quête contre le Mal.

    Un bon Grangé, mais il faut avoir le coeur bien accroché, car, comme à son habitude, il ne nous épargne rien !

     

    Chez Albin Michel, 2007

  • La couleur pourpre

    couleur_pourpre.jpgUn livre qui a fait du bruit lors de sa sortie : lauréat du prix Pulitzer et de l’American Book Award, il a ensuite été adapté au cinéma par Steven Spielberg, avec Whoopi Goldberg dans son plus beau rôle.

    Ce roman épistolaire raconte l’histoire de Célie, jeune fille noire du sud des Etats-Unis, au début du XXe siècle. Exploitée, violée et battue par son père puis par son mari, Célie écrit à son « cher Bon Dieu » pour épancher sa douleur. Elle est séparée de sa sœur Nettie très tôt, mais son espoir de la revoir un jour lui permet de vivre et d’affronter le quotidien.

    Le résultat est une très belle chronique, vivante et douce-amère, sur l’Amérique rurale d’avant Martin Luther King. Alice Walker, par petites touches, imprime sa marque dans nos esprits. Un livre court et facile à lire, profondément humain.


    Chez Robert Laffont, Pavillons poche, 2008

  • James Bond, l’homme qui sauva l’Angleterre

    James_Bond.jpg Un essai brillant et humoristique sur l’inaltérable héros anglais.

    Dans le contexte des années 50, James Bond réalisait les rêves de toute une nation. Alors que le Royaume-Uni voyait son empire s’effilocher, son économie stagner et sa société changer bien trop vite pour l’anglais moyen, le célèbre agent secret incarnait tous les fantasmes sociaux et politiques des britanniques : violence, luxe (voire luxure), suffisance et privilèges de caste.

    James Bond, l'homme qui sauva l'Angleterre nous en apprend de belles sur la mentalité et l’histoire britanniques à travers la personnalité et les aventures de 007. Ecrit par un anglais pour des anglais, ce livre révèle des traits insoupçonnés de notre voisine d'outre-manche. Il étonne et déconcerte.  James Bond en devient à la fois plus attachant et... plus détestable.

    Enfin, Simon Winder maîtrise à la perfection cet humour so british qui nous fait craquer. Bref, un vrai bon moment, divertissant et instructif.

     

    De Simon Winder, chez Demopolis editions.

  • Les enquêtes du juge Ti

    Juge_Ti.jpg
    Le sinologue américain Robert Van Gulik a tiré la substantifique moëlle des archives chinoises pour écrire ses romans policiers. Il a ainsi fait revivre le célèbre Le juge Ti, magistrat de l'empire du milieu, qui vivait au VIIe siècle de notre ère, sous la dynastie T’Ang.

    En homme raffiné, Ti Jiang-Tsi mène ses enquêtes criminelles avec élégance et intelligence. On découvre à travers lui toute la société chinoise médiévale, ses privilèges de caste et la complexité de son système étatique. De la galerie de personnages à la description de la vie quotidienne, tout y est criant de vérité.

    A recommander aux amoureux de romans policiers, et à ceux de la civilisation chinoise. Beaucoup de monde, finalement !


    Multiples éditions, dont 10/18 et La Découverte.

    Genre: policier, historique