Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature générale - Page 4

  • Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

    le-cercle-litteraire-des-amateurs-depluchures-de-patates.jpgCe roman au titre original et à la forme épistolaire surannée fait une carrière très honorable en librairie, grâce à un bouche à oreille efficace. Toutes les critiques de lecteurs que j'avais entendues étaient bonnes, j'étais donc impatiente de m'y mettre.

    Le cercle de littérature et de tourtes aux épluchures de patates de Guernesey est une curiosité locale, née d'un quiproquo avec l'occupant allemand pendant la guerre. A la fin de celle-ci, une écrivain et journaliste de Londres décide de s'y intéresser et demande à ses membres des témoignages sur le cercle proprement dit, mais aussi sur leur quotidien sous l'occupation allemande. Le roman offre donc la parole à de multiples personnages, tournant autour de la journaliste londonienne et du cercle littéraire de Guernesey.

    Il en ressort un récit rythmé par des lettres courtes, des points de vue parfois opposés, parsemés de cet humour anglais capable de tourner n'importe quelle situation en dérision. Le style est soigné, précis et léger, les personnages souvent cocasses, parfois graves et touchants. Le tout est d'une très grande fraîcheur. J'ai pris un plaisir fou à le lire.

    Foncez !!

     

    Chez Nil, 2009

    Genre : roman épistolaire

  • Fortune de France

    Fortune de France 3.gif

    Fortune de France est une oeuvre de Robert Merle, écrite de 1977 à 2004 (année de la mort de l'auteur). La première partie, soit les 6 premiers volumes de la série, sont de loin mes préférés.

    La raison essentielle en est que Robert Merle a eu l'audace d'écrire ses romans dans une langue proche de celle utilisée par les français du XVIe siècle. Le récit se déroule en effet entre 1550 et 1600, sous les règnes successifs de Charles IX, Henri III et Henri IV. Le héros, Pierre de Siorac, est périgourdin ; le roman intègre donc dans son récit de nombreuses expressions en langue d'oc, ainsi que des archaïsmes d'époque propres à la langue d'oïl (le français d'aujourd'hui). La lecture devient savoureuse, aventureuse, vivante, en perpétuel mouvement.

    Fortune de France est un roman historique dans toute sa noblesse : vraiment romanesque et vraiment historique. Les six premiers volumes mêlent habilement la petite histoire et la grande. Ce n'est pas le cas des sept derniers, plus proches du cours d'histoire que du roman, et qui abandonnent la langue colorée de la Renaissance. C'est historiquement justifié, mais, dès lors, l'ennui pointe son nez...

    Fortune de France 6.gifPierre de Siorac est un personnage très attachant, très libre aussi. D'abord catholique, puis protestant, et à nouveau catholique, il incarne toutes les contradictions de son époque, traversée de guerres religieuses incessantes. Pierre est aussi un coureur de jupon assumé, honnête avec tous (et toutes) comme avec lui-même. Cette fraîcheur, cette absence de pruderie et cette distance à la fois respectueuse et critique vis à vis de la question religieuse me plaisent beaucoup.

    Le tout premier tome, éponyme de la série, est sans doute un peu difficile à lire ; c'est le brouillon à partir duquel Robert Merle a tiré les petites merveilles que sont les 5 volumes suivants. Alors, lancez-vous : vous vous évaderez dans l'histoire tumultueuse de notre pays...

     

    Livre de poche, 1977-2004

    1. Fortune de France
    2. En nos vertes années
    3. Paris ma bonne ville
    4. Le prince que voilà
    5. La violente amour
    6. La pique du jour

    Genre : historique

  • Le testament syriaque

    testament syriaque.gif

    "C'est le Da Vinci Code en mieux !" m'a assené Erik, mon libraire. Par curiosité, je l'ai donc lu.

    Paul Mesure est journaliste. Au cours d'un reportage à Tombouctou, il trouve un vieux livre en papyrus rédigé dans un alphabet rare, le syriaque. La nouvelle de cette découverte se répand, ainsi que l'information principale qui y est associée : ce livre serait le testament du prophète Mahomet. Or, cela est un blasphème pour les musulmans traditionnalistes, qui considèrent le Coran comme le seul et unique testament du Prophète. Un tas de gens plus ou moins bien intentionnés tombent alors sur le dos de Paul. Mais le commissaire Sarfaty, enquêteur hors pair et orientaliste reconnu, veille au grain...

    Barouk Salamé profite de l'intrigue policière pour exposer sa connaissance encyclopédique de la religion musulmane. Pour qui n'y connait rien, cela est parfois ardu. Pour les autres, c'est franchement intéressant ; moi, j'ai bien aimé (ou comment se faire mousser sans avoir l'air d'y toucher...).

    Concernant la construction du récit, le découpage en chapitres courts rappelle en effet le Da Vinci Code. Le style est en revanche très différent, plus littéraire, sans doute trop pour s'adapter à la brièveté des chapitres. Cela rend donc le découpage du récit un peu artificiel. Mais bon, on pardonne à l'auteur ses maladresses, car le roman permet plusieurs niveaux de lecture : une intrigue policière, une analyse historique et distanciée sur la genèse de l'islam qui risque de faire grincer quelques dents traditionnalistes (braves gens, n'oubliez pas que c'est un ROMAN, c'est à dire une oeuvre de FICTION : pas la peine de s'étriper), un certain humanisme, et une réflexion sociologique sur la place de l'islam dans notre monde actuel.

    Bref, Le testament syriaque est un roman à la fois instructif et divertissant, comme je les aime.


    Rivages Thriller, 2009.

  • Le choeur des femmes

    choeur des femmes.jpg

    Martin Winckler avait déjà commis plusieurs oeuvres littéraires, radiophoniques ou télévisuelles avant de sortir Le Choeur des femmes. Je n'en connaissais aucune. J'ai mis le petit orteil dedans, et j'ai été engloutie : je fais désormais du prosélytisme pro-wincklérien.

    Ce livre est une ode aux femmes, un plaidoyer pour l'Humanisme (avec la majuscule) et une critique virulente (mais constructive) de la médecine française. Tout ça, oui.

    C'est avant tout un roman, dans lequel on suit avec un intérêt croissant l'évolution d'une interne en médecine, qui doit contre son gré faire un stage de 6 mois dans un service de médecine gynécologique. Elle s'y ennuie à mourir et ne voit, dans les premiers jours, pas le moindre intérêt à son travail. Mais le chef du service essaie de la convertir à sa vision hétérodoxe de la médecine. Leurs caractères opposés ne lui simplifie pas la tâche, mais il ne renonce pas...

    Martin Winckler, médecin lui-même, a repris des témoignages de patientes pour émailler son roman d'exemples concrets : des femmes se confient, se livrent et cherchent soutien et réconfort auprès de leur médecin. La première partie du bouquin est une magnifique fresque sur la femme, ses peurs, ses angoisses et ses doutes. Le chef de service-narrateur y  expose ses convictions féministes, humanistes et médicales, avec un à-propos parfois déroutant et un franc-parler plutôt dévastateur pour ses confrères médecins. Le dernier tiers amène le dénouement d'une trame  romanesque impeccable.

    Cet ouvrage est une leçon de vie et de dignité, tout en restant un roman accessible à tous.

    Je le déclare, en tout humilité, INDISPENSABLE A LA (SUR)VIE.


    "...Je me tourne vers la patiente

    et je m'ouvre à ses plaintes, à ses peurs, à ses pleurs,

    ses espoirs, ses désirs, ses échecs, ses plaisirs,

    je me fonds dans son air, son couplet, sa ballade,

    son chant solo montant du choeur des femmes."

     

    P.O.L. 2009

  • Les gouttes de Dieu

    gouttes_dieu.jpgVous aimez le vin ? Vous souhaiteriez mieux le connaître ? Tout savoir des cépages, des millésimes, des terroirs ? Alors il ne vous reste plus qu'une seule chose à faire : lire Les gouttes de Dieu.

    Voici l'histoire : Shizuku Kanzaki est le fils d'un éminent oenologue japonais (mais oui, ça existe certainement, ne soyons pas chauvins !!). Shizuku ne connaît rien au vin. Son père meurt brutalement.  Selon ses dernières volontés, pour rentrer en possession de son héritage, Shizuku doit trouver les 12 apôtres, c'est à dire les 12 meilleurs vins du monde. Commence alors sa découverte du monde du vin, d'abord forcée, puis passionnée...

    Les gouttes de Dieu est (s'il vous plaît, ne partez pas en courant après cet énoncé)... un manga. Il a été écrit par Tadashi Agi et dessiné par Shu Okimoto. Ce manga a été reconnu comme le « Meilleur livre du monde sur le vin » lors du Gourmand World Cookbook Awards 2009 (un prix très sérieux récompensant les livres sur la cuisine et le vin, fondé par un français il y a 15 ans). Chaque tome est préfacé par un oenologue et/ou un sommelier reconnu. Autant dire que l'oeuvre est extrêmement bien documentée.

    Et non, les mangas ne sont pas qu'un ramassis d'historiettes invraisemblables pour adolescents attardés ! Alors, sautez le pas et tentez l'aventure :  vous ne serez pas déçu !

     

    Glénat, collection Seinen manga, 2008-2009. 10 tomes sortis en France, 21 au japon (sortie tous les 2 mois environ).

  • Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire

    fabuleuses aventures indien milliardaire.jpg

    Ram Mohammed Thomas est un orphelin sans le sou et sans racines, qui se bat pour survivre depuis l'enfance. Un jour, il gagne un milliard de roupies à un jeu télévisé de questions-réponses. Cela lui vaut d'être poursuivi par la police, car l'organisateur du jeu soutient qu'il a triché. Une avocate sortie de nulle part prend fait et cause pour Ram ; elle lui demande de lui expliquer comment il a réussi. Ram lui raconte alors les épisodes de sa vie grâce auxquels il a pu répondre aux questions du jeu télévisé.

    L'auteur, Vikas Swarup, prend ce point de départ narratif pour raconter l'Inde, celle des petits et des humbles. Si l'adaptation cinématographique a fait du bruit (Slumdog millionaire), le roman duquel elle découle est un magnifique témoignage sur l'Inde contemporaine. L'histoire ne tombe jamais dans le misérabilisme et nous emmène dans un autre monde. Un monde certes pas enviable, impitoyable pour les plus faibles, mais qui, comme partout, connaît ses moments de grâce.

     

    Chez Belfond, 2006.

  • Ramsès

    Ramses.jpg

    Christian Jacq a fait des romans sur l’Egypte ancienne son fond de commerce. Et pour cause, il est égyptologue.

    Sa connaissance du quotidien des anciens égyptiens est proprement fabuleuse, et son roman en cinq volumes sur la vie et l’œuvre de Ramsès II est un tour de force. Il  en est ainsi de tous ses romans, qui nous permettent d’admirer la richesse de cette civilisation et la grandeur de ses rois.

    Las, au fil des oeuvres, les dialogues sont de plus en plus artificiels (ils sonnent faux, pour tout dire), et les intrigues cousues de fil blanc. Les personnages sont des caricatures ; l'auteur nous assène ses opinions sociales et politiques avec un gourdin.

    Pour connaître et aimer l’Egypte ancienne, on ne peut guère faire sans Christian Jacq, mais c’est parfois dommage…


    1996-1999, chez Robert Laffont, puis chez Pocket