Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire

  • Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

    le-cercle-litteraire-des-amateurs-depluchures-de-patates.jpgCe roman au titre original et à la forme épistolaire surannée fait une carrière très honorable en librairie, grâce à un bouche à oreille efficace. Toutes les critiques de lecteurs que j'avais entendues étaient bonnes, j'étais donc impatiente de m'y mettre.

    Le cercle de littérature et de tourtes aux épluchures de patates de Guernesey est une curiosité locale, née d'un quiproquo avec l'occupant allemand pendant la guerre. A la fin de celle-ci, une écrivain et journaliste de Londres décide de s'y intéresser et demande à ses membres des témoignages sur le cercle proprement dit, mais aussi sur leur quotidien sous l'occupation allemande. Le roman offre donc la parole à de multiples personnages, tournant autour de la journaliste londonienne et du cercle littéraire de Guernesey.

    Il en ressort un récit rythmé par des lettres courtes, des points de vue parfois opposés, parsemés de cet humour anglais capable de tourner n'importe quelle situation en dérision. Le style est soigné, précis et léger, les personnages souvent cocasses, parfois graves et touchants. Le tout est d'une très grande fraîcheur. J'ai pris un plaisir fou à le lire.

    Foncez !!

     

    Chez Nil, 2009

    Genre : roman épistolaire

  • Inglorious basterds

    Dans la France occupée, Shosanna Dreyfus échappe de justesse au colonel nazi Hans Landa. Elle s'enfuit à Paris où elle reprend un cinéma. Ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains, les bâtards, pour mener des actions punitives contre les nazis. Tout ce petit monde se retrouve à l'entrée du cinéma parisien où Shosanna veut mettre à exécution une vengeance très personnelle.

    D'abord et avant tout : il FAUT aller voir ce film en V.O. (sous-titrée, évidemment). Le sel des dialogues réside, entre autres, dans les accents des différents protagonistes.

    Si vous aimez les films de Tarantino, allez le voir. Si vous n'aimez pas, faites un effort. Et si vous ne le connaissez pas, foncez !

    Le petit Quentin T. est un virtuose du pastiche, un génie de la reprise. Si vous arrivez à déceler toutes les références cinématographiques dont il truffe ses films, c'est que vous êtes inglorious_basterds.jpgun martien. Si cela vous indiffère, aucun problème : on n'en a aucunement besoin pour apprécier ce film.

    La réalisation est très, très tarantinesque : découpage en chapitres, présentation cartoonesque de certains personnages, utilisation de la "variété" (rock, jazz, blues) en musique de fond et brusques flambées de violence - j'ai dû fermer les yeux une fois ou deux, parce que les scènes de scalp, c'était au dessus de mes forces. Les personnages incarnent le courage et la bêtise, ; ils sont parfois admirables ou effrayants, souvent ridicules.

    Brad Pitt est impeccable en plouc primaire à la mâchoire prognate. En anglais, il a un accent péquenaud incroyable (mais où est-il allé le chercher ?). Christoph Waltz, qui joue l'ignoble Hans Landa, est proprement hallucinant. Sa performance d'acteur rappelle celle de Johnny Depp dans Pirate des Caraïbes : décalée, ironique, presque féminine dans sa perversité. Il sort tellement du lot (pourtant déjà très bon) qu'on a l'impression qu'il va s'extirper de la pellicule et venir s'asseoir sur nos genoux... pour nous torturer.

    Enfin, le tout est d'une irrésistible drôlerie. Quelques scènes sont totalement burlesques : ne manquez pas la conversation entre le colonel allemand et les soi-disant journalistes italiens... 80% des répliques sont déjà cultes.

    Alors, bien sûr, l'histoire est à prendre au 13 ou 14e degré, car c'est avant tout un pastiche. Les scènes de violence sont très... violentes, gratuites, exposées dans le même élan jubilatoire que les scènes comiques. Il faut donc être capable de recul pour adhérer au propos du film sans le prendre au pied de la lettre.

    Mais rien ne me convaincra de ne pas vous encourager à aller le voir - sauf si vous pensez qu'Hitler est mort dans un attentat à Paris et que le scalp est une coutume normale chez les soldats juifs américains. Là, évidemment, il y aurait un peu de travail préparatoire...



  • Deux ombres sur le pont

     

    deux ombres sur le pont.jpg

    Légère et grave, cette histoire raconte la vie d'Omi, jeune aristocrate du japon médiéval.

    A l'heure difficile de l'adolescence, portant un lourd secret qui la remplit de haine et de désespoir, Omi tente de trouver un sens acceptable à sa vie trop bien protégée. Nulle part elle n’est à sa place ; exécrant la superficialité de son milieu, elle est pourtant totalement inadaptée à la « vraie » vie.

    Délicatesse est le maître mot de ce récit, court et bien construit. Chaque portrait est une esquisse, chaque sensation l’effleurement d’une aile de papillon.

    A lire, quel que soit son âge.

     

     

    Evelyne Brisou-Pellen, Pocket Junior

    Genre : historique, initiatique, policier

  • Le chardon et le tartan

    chardon_tartan.JPG


    Dans ce roman de Diana Gabaldon, on s’attache immédiatement à Claire, jeune infirmière anglaise des années 1940, catapultée par inadvertance dans l’Ecosse du 18e siècle.

    Son franc-parler dévastateur et ses connaissances médicales un peu trop avant-gardistes la placent dans des situations tantôt cocasses, tantôt dramatiques. Les highlanders lui mènent la vie dure mais, comme elle, on s’attache à ces barbares d’un autre temps.

    Le roman est bien écrit, alerte et souvent drôle. De plus, on en a pour son argent : 650 pages de lecture non stop (en tout cas, que ceux qui arrivent à le lâcher se manifestent !).

    On sort de ce roman rafraîchis, tonifiés et rêveurs(ses)… Mais que cachent donc les écossais sous leurs kilts ? ;-D


    Au vu de son succès, l'auteur a fait de ce premier roman une saga. Un petit conseil : ce premier volume se suffit largement à lui-même. Le reste n'a guère d'intérêt.

    Presses de la Cité, 2003.

    Genre : aventure, historique, sentimental, fantastique