Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

militaire

  • Le choix du courage (La confédération, tome 1), de Tanya Huff

    Choix du courage - Confederation1.jpgLes OP Bragelonne ont du bon : j'essaie, à moindre coût, des romans qui ne me plairaient pas a priori, histoire d'exercer ma curiosité. Et puis, il arrive aussi que je tombe sur des titres que je suis presque sûre d'aimer. C'était le cas de ce roman.

    Résumé : Les Di'Taykans et les Krais forment avec les Humains le bras armé de la Confédération. Ces trois races belliqueuses  lui permet de faire face aux Autres, son ennemi ultime. Le sergent-chef humain Torin Kerr est une professionnelle endurcie. Sa compagnie est envoyée comme garde d’honneur pour une mission diplomatique sur la planète des Silsviss, ces guerriers reptiliens qui n’ont pas encore rejoint la Confédération. Torin Kerr doit bien chaperonner un peu son nouvel officier, mais dans l'ensemble, cela s’annonce comme une tâche facile. Il y a bien des rumeurs à propos des Autres qui circulent, à propos d'une rébellion secrète sur cette planète hostile. Mais tout semble se dérouler parfaitement.
    Peut-être trop…

    Mon avis : Pour ceux qui suivent (oui, j'en aperçois quelques uns au fond), un space opera militaire, en plein été, est typiquement le genre de roman sur lequel je me jette comme une morte de faim. J'ai donc tenté ce roman, cet univers et cette auteure (autrice est possible aussi) en véritable néophyte. Et, naturellement, je me suis beaucoup amusée !

    Le choix du courage est un roman sans surprise, qui reste modeste dans ses ambitions - ce qui est sage. Il rentre parfaitement dans le cadre du récit militaire de space opera, avec batailles, ennemis, tactique et stratégie, quotidien des soldats, rencontres extra-terrestres, voyages interstellaires, mise en exergue de la solidarité de corps. C'est peu élaboré sur le plan idéologique, comme on pouvait s'en douter. En revanche, j'attends de ce genre de romans de bons personnages, des interactions intéressantes entre eux, un petit supplément d'âme dans un contexte plutôt rigide. Et c'est exactement ce que j'ai eu.

    Toute en concision et en efficacité dans son écriture comme dans les scènes de vie quotidienne d'une compagnie de soldat, Tanya Huff donne un bon tempo au récit, ainsi qu'un réalisme plutôt saisissant dans les relations entre soldats. J'ai appris par la suite que cela ne vient pas de nulle part : Tanya Huff était membre de la Marine canadienne. Le roman est millimétré. Il n'y a pas de gras, malgré ses 384 pages (désolée Xapur !). J'ai particulièrement apprécié le pragmatisme des personnages et du système militaire qui les régit, mis en place afin de faire cohabiter efficacement des races extrêmement différentes.

    Le rôle de pivot du sergent-chef Kerr, entre ses soldats à mener et son officier tout neuf à pouponner, propose un point de vue intéressant, à la fois descendant et ascendant, sur l'environnement social du récit. Son personnage est attachant, mais il n'est pas le seul. L'officier et plusieurs des soldats de la compagnie sont bien campés, portés par quelques dialogues savoureux et des situations cocasses. Une des bonnes idées de l'autrice a été de prêter aux Di'Taykan, dont l'aspect physique se situe entre les elfes des contes et les Na'vi de Pandora dans le film Avatar, une production hormonale irrésistible pour les humains, corollaire d'une sexualité ultra active... Ce qui les oblige à porter en permanence un appareil qui masque leurs odeurs ! Lorsqu'ils le posent ou le perdent lors d'un combat, quelques scènes surréalistes, parfois tragiques, parfois comiques, surgissent alors, pour le plaisir du lecteur.

    Si on comprend une partie du twist final du récit avant la narratrice, il n'en reste pas moins que le suspense est bien mené, dans un récit qui sait doser la contextualisation et l'action.

    J'ai donc passé un bon moment avec ce roman sans ambition ni prétention. Il ne vaut à mon sens ni la Saga Vorkosigan, ni Honor Harrington, mais ce n'est pas ce que j'attendais de lui et je lirai sans doute avec plaisir la suite. Trois tomes de la série ont été traduits en français, tandis que deux autres attendent sagement leur tour dans la langue de Shakespeare.

     

    Cette chronique participe pour la deuxième fois au septième épisode du Summer Star Wars de M. Lhisbei, béni soit son nom, ainsi que ceux de Lhisbei et Excel Vador.

    ssw-7.jpg