Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Saga Vorkosigan, de Lois McMaster Bujold

Je viens de terminer le 5e volume de l'intégrale de la Saga Vorkosigan de Lois McMaster Bujold. L'été dernier, durant le Summer Star Wars de Lhisbei, je vous avais parlé du premier roman du volume 1 de l'intégrale, Chute libre. Ce billet, en revanche, détaille tous les romans de l'intégrale.

Avant de commencer, un rappel : cinq des titres de cette saga ont reçu les plus prestigieux prix littéraires de SF (Locus, Nebula et Hugo). Un record inégalé pour une même série.

vorkosigan2.jpg

L'attrait principal de la Saga Vorkosigan réside dans son héros éponyme, Miles Vorkosigan. Avorton lourdement handicapé par un squelette friable, une taille largement en dessous la norme (1m48), et victime des violents préjugés de la société dans laquelle il naît, Miles débute mal dans la vie. Tellement mal que certains de ses proches veulent sa mort, au regard de son apparente monstruosité.

Mais Miles, outre ses géniteurs hors du commun (que l'on apprend à connaître dans les premiers romans, L'honneur de Cordelia et Barrayar), est doté d'un cerveau agile. Tellement agile qu'il confine au génie. Accro à l'adrénaline, il n'a peur de rien, et surtout pas de se blesser - ou de mourir. Alors, il ose tout, de préférence les audaces les plus improbables eu égard à sa condition physique.

A 17 ans, Miles tente l'entrée à l'école militaire de Barrayar, son monde. Il échoue, bien évidemment, aux épreuves physiques. Il prend alors l'air, au sens figuré et littéral. Il part sur le monde sa mère, Beta. Une fois là-bas, il se rend maître, par un coup de poker inopiné, d'une flotte de mercenaires spatiaux. Il en devient l'amiral sous une fausse identité. Et il met cette force au service de Barrayar et de son empereur et néanmoins frère de lait, Gregor Vorbarra.

vorkosigan3.jpg

A partir de ce coup d'éclat, Miles commence une vie de schizophrène, passant de l'identité de Miles Vorkosigan, simple Lieutenant de la Sécurité Impériale, fils mutant et pistonné des aristocrates les plus en vue de la planète, à celle de l'amiral Miles Naismith, chef suprême des mercenaires Dendarii, casse-cou audacieux et génial, son double ultra secret.

Une vie de danger, de folie, une vie à la fois excitante et frustrante, où ses plus grands exploits doivent être passés sous silence à chaque retour sur Barrayar, pour des raisons de sécurité. Barrayar sur laquelle il continue donc à être un monstre de foire, considéré si ce n'est avec mépris, au moins avec dégoût.

Je suis ravie par la qualité globale de cet univers littéraire. Celui-ci est inévitablement inégal, en raison de la quinzaine de romans et nouvelles qui le constituent. Mais l'ensemble forme une Oeuvre, avec la majuscule.

vorkosigan4.jpg

La très grande force de La saga Vorkosigan réside sans aucun doute dans la multiplicité des angles d'attaque du récit. Lois McMaster Bujold ne cède sur rien : ni la richesse et la profondeur psychologique des personnages, ni l'action, ni la vivacité des dialogues. Tout y est, en quantité et en qualité.

En lisant ces romans, je suis scotchée par l'action, je pouffe de rire à chaque réplique de Miles ou de ses acolytes (je vous recommande particulièrement les dialogues de Miles avec son cousin Ivan Vorpatril...) et je suis émue, parfois aux larmes, devant la fragilité et la souffrance des personnages.

On pourra dire qu'il y manque quelques détails : une anticipation crédible de la diaspora humaine dans les étoiles, ou encore une base scientifique cohérente, développée et solide pour les voyages spatiaux. Mais nous ne sommes ici ni dans Dune, ni dans Honor Harrington, encore moins dans la hard-science façon Kim Stanley Robinson. Nous sommes dans le space opera le plus divertissant, mais qui, pourtant, développe une thématique singulière.

vorkosigan5.jpg

Car s'il est une particularité dans l'univers créé par l'auteur, c'est la place importante accordée au handicap. Plusieurs des principaux protagonistes, Miles en premier, souffrent de handicaps physiques ou psychologiques sévères. Résultats d'agressions, de mauvais traitements, ou simplement de malchance, ces handicaps sont constitutifs de leur personnalité.

Leur souffrance provoque dans certains cas des séquelles psychiques et physiques sérieuses, avec lesquelles les protagonistes doivent vivre : comportements déviants, tendances suicidaires, personnalités multiples. Leurs motivations et leurs actions sont partiellement basées sur ces souffrances. Ils en paient trop souvent le prix fort. Et c'est à mon sens ce qui élève la Saga Vorkosigan au delà du simple divertissement.

Une fois de plus, la preuve est faite pour moi que la SF est un moyen de réfléchir à une thématique réelle, quotidienne, et parfois douloureuse, à travers le prisme ludique et "indolore" de la distance fictionnelle. Divertissant, oui. Gratuit, non.

La saga de Miles est donc en passe de devenir, à l'instar du Vol du dragon d'Anne McCaffrey, un de mes « livres-doudou ». De ceux que je lis quand rien ne va plus, que mon moral est en berne et que je n'ai pas envie de lire. Autant te dire, cher ami lecteur, que je t'encourage à mettre ton nez dedans...

______

 

Voici la distribution des romans et nouvelles dans les intégrales. Les titres entre crochets sont les premières traductions françaises, modifiées lors de l'édition en intégrale (plus fidèles aux titres originaux).

Intégrale 1 :

Intégrale 2 :

Intégrale 3 :

Intégrale 4 :

Intégrale 5 :

______

Ce billet s'inscrit - avec retard - dans le cadre du challenge SFFF au féminin, lancé par Tigger Lilly, du Dragon Galactique. [Edit du 14 avril 2014].

SFFF_au_feminin.jpg

Commentaires