Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Phobos (tomes 1 à 3), de Victor Dixen

space opera,science-fictionRésumé : SIX PRÉTENDANTES. SIX PRÉTENDANTS. SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER. L’ÉTERNITÉ POUR S'AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L'HISTOIRE AVEC UN GRAND H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L'AMOUR AVEC UN GRAND A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.

Mon avis : Phobos est une trilogie de littérature pour adolescents. Elle a pour but de dénoncer les dérives 1) de la téléréalité, 2) du capitalisme sauvage, 3) des politiques opportunistes et réactionnaires. Cela est clair comme de l'eau de roche. Quand on le lit quatrième de couverture en étant un adulte, on se dit que cela manque quand même un peu de finesse, mais soit : puisqu'il y a en plus une thématique d'exploration spatiale, pourquoi pas ?

space opera,science-fictionJ'ai lu les trois tomes. Je m'y suis obligée, pour évaluer l'ensemble de l'oeuvre. Comme cela se lisait vite, mes yeux n'ont pas trop pleuré.

Pas trop. Mais quand même.

En réalité, je ne serai pas injuste avec l'oeuvre de cet auteur de 38 ans. Ses idées sont bonnes : utiliser le premier voyage habité et la première colonisation humaine sur Mars pour en faire une émission de téléréalité, c'est une anticipation intéressante. Il y a, bien sûr, l'exercice obligatoire des relations sentimentales compliquées des jeunes voyageurs entre eux, et puis le complot sous-jacent au projet global. Sans cela, point de piment. J'applaudis. Plus encore quand le héros de l'histoire est une héroïne, et que les personnages masculins et féminins sont à égalité en termes d'importance. Les contraintes spatio-temporelles sont respectées, avec les délais de latence grandissant entre le vaisseau et la Terre, des délais exploités dans le récit pour faire avancer l'intrigue. L'auteur est en prise directe avec la culture adolescente, cela se sent dans la caractérisation de ses personnages.

space opera,science-fictionMais bon, la subtilité, c'est quand même utile, hein, dans la vie. Ne serait-ce que pour que le lecteur ne se sente pas pris pour un imbécile.

Donc, le problème de la trilogie Phobos, c'est qu'elle a la subtilité d'une petite cuillère (comme dirait Hermione de Ron dans Harry Potter). Voire celle d'un marteau sur du cristal. Tous les personnages sont des caricatures. Tous. C'est infernal. De la directrice de programme manipulatrice aux ados explorateurs, c'est un festival de clichés. Des traits de caractère forcés, des situations personnelles proprement incroyables (en particulier la fille de Serena McBee et leur relation...) : franchement, c'était trop.

Sans oublier les effets d'annonce publicitaire et les formules choc qui ponctuent le récit : on ne peut pas oublier qu'on est dans une téléréalité, et c'est franchement lourd au bout de 30 pages. Alors imaginez trois tomes de slogans...

Tout cela est délibéré, mais je ne suis pas certaine qu'un lecteur adolescent ait besoin de cette masse compacte et indigeste pour entendre le propos (les fameux trois points du début). Donc, Phobos a de bonnes idées qui sont mal mises en valeur. Pour le coup, je pense qu'une adaptation en série télé serait plus réussie et plus intéressante.

A découvrir si vous n'avez rien de plus urgent à lire.

 

Ce billet constitue ma sixième participation à la huitième saison du Summer Star Wars de M. Lhisbei, porté par Lhisbei et Excel Vador, bénis soient leurs noms dans toutes les galaxies connues et inconnues.

 

space opera,science-fiction

 

Commentaires

  • A tes risques et périls. Les idées de base sont sympas, voire carrément super, mais le traitement est très lourdingue.

Écrire un commentaire

Optionnel